Archives de catégorie : éthologie

Tester le Protolangage des transeur·euse·s avec les Primates

En juin, j’aurai la chance de pouvoir visiter le centre de Primatologie de Strasbourg avec un groupe de scientifiques formés à la Transe cognitive auto induite (TCAI), grâce à notre collègue Hélène Meunier, éthologue. L’idée est d’interroger les possibilités communicationnelles interespèces du protolangage, produit en état de TCAI, qui est aussi testé comme medium de communication non violente et pour communiquer avec des personnes affectées par d’importants traumas (par exemple en fin de vie ou dans le coma, ou en Crise Épileptique Non Pathogène).

Site du Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg

http://applications.unistra.fr/archives_audiovideocast//15109.webm

Violence verbale et symbolique de la Manif pour tous…

Je remercie Rozenn Le Carboulec de m’avoir invitée à participer à ce très intéressant et beau projet, suite à mon travail sur « Violence verbale dans le discours des mouvements antagonistes : le cas de ‘Mariage pour tous’ et ‘Manif pour tous’ », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 09 avril 2015, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/aad/1940 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.1940

Et l’excellent article dans le Monde qui en rend compte: Le Monde – podcast Quouïr

Science & You, novembre 2021, Metz

J’ai participé le 15 novembre dernier, à Metz, à un atelier Bande dessinée avec le dessinateur PEB et Caroline Grandjean, qui faisait la médiation. Mon rôle était de présenter en quelques mots ma recherche autour du genre et de la discrimination de genre afin que le groupe de doctorant·es présent se l’approprie pour tenter d’en rendre compte sous forme d’une planche de BD scénarisée. Voici le résultat, très parlant et probant! Belle expérience, que j’ai été heureuse de fair et que je suis prête à renouveler. Ma présentation portait sur le fait que la discrimination de genre était fondamentalement induite et véhiculée par le langage et les discours de manière implicite et invisibilisée du fait de son inscription comprise comme “normalisée”, à travers le temps, dans les inconscients collectifs. J’avais insisté en particulier sur certains éléments comme la féminisation des titres, fonctions, et noms de métiers qui est absolument nécessaire sur le plan référentiel et cognitif pour rendre une phrase, un propos compréhensible (ex. Présidente vs président, traité dans un précédent billet, mais aussi directrice (de thèse) vs directeur pour une femme). La menace qu’elle connaît actuellement, à nouveau, sous des prétextes fallacieux et confus qui l’associent à l’écriture dite “inclusive” en dit long sur l’inscription idéologique masculinise de nos sociétés et ses potentiels de régression constant sur la place qu’elles souhaitent accorder aux femmes dans la société.

Sandrine

Déborah

Formateurs

Suzanne

Suzanne bonus

Roza

Manon (1)

Roza bonus

Manon (2)

Manon Bonus

Ricardo

Alban

Caroline

PEB

LES VIOLENCES VERBALES | dans le cadre des tables rondes de la MSH Lorraine

Une table ronde sur les violences verbales qui réunit :
. Béatrice Fracchiolla, Professeure en Sciences du langage, Centre de Recherche sur les Médiations, Université de Lorraine
. Nolwenn Lorenzi Bailly, Post-doctorante INSHS CNRS, unité de recherche Praxiling, Laboratoire de linguistique, Université Paul-Valery, Montpellier3
. Corine Sombrun, écrivaine, ethnomusicienne, spécialiste du chamanisme mongol
. Bérengère Stassin, Maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Centre de Recherche sur les Médiations, Université de Lorraine
…pour réagir au micro-trottoir réalisé par la MSH Lorraine autour des questions de violences verbales et nous donner leurs points de vues sur ce que signifie “violence verbale”, quelles en sont les manifestations, comment éviter ces violences verbales, les contrecarrer…

#violence verbale #recherche #agressivité #réseaux sociaux #contrecarrer violence #transe #trauma #expression des émotions #colère #réaction physico-chimique #cyber-harcèlement #protolangage
Musique utilisée dans cette vidéo
En savoir plus
Écoutez de la musique sans publicité avec YouTube Premium
Titre
The Golden Present
Artiste
Jesse Gallagher
Album
The Golden Present

En complément, lire l’article paru dans le Monde du 18/11/21,”Les étranges pouvoirs de la transe sur le cerveau étudiés à l’université”, par Annick Cojean, en version .pdf : Le Monde-Leçons de transe

Version abonné (https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/11/18/les-etranges-pouvoirs-de-la-transe-sur-le-cerveau-etudies-a-l-universite_6102495_3224.html)

Notes de lectures autour de la violence verbale et du vivre ensemble

Les discours de haine et leur rapport à la Loi
Par Béatrice Fracchiolla

Notes de lecture et commentaires à partir de :
Waldron, Jeremy, 2012, The harm in Hate speech, Harvard, Harvard University Press.
Et Dorlin, Elsa, 2017, Se défendre, une philosophie de la violence, Paris, La découverte, Zones.
travaux préliminaires pour l’écriture de :
Nolwenn Lorenzi Bailly et Claudine Moïse (eds), 2021, La haine en discours, le Bord de l’eau, collection documents.

Comme l’explique Jeremy Waldron (2011) au début de son livre, la loi, qui crée de fait une norme de performativité, est variable en fonction des pays. Or, le fait que des événements haineux qu’il s’agisse de lynchages, de graffitis haineux ou autres se produisent, et que ce soit « ok », qu’il n’y ait pas de loi pour condamner cela, etc. instaure de fait aussi une performativité de l’acceptabilité si l’on peut dire. Le silence, l’inaction, transforme en norme un état de fait que personne n’empêche d’advenir. Ainsi, dans un sens, et dans ce type de situation, le silence est performatif et normatif de ce qui est ou non acceptable. Waldron développe cela à partir des États-Unis où la liberté d’expression est érigée en valeur absolue, au détriment d’une nécessaire protection de certains contre les discours de haine : contrairement à d’autres pays (en particulier européens, ou au Canada) aucune loi n’y existe pour condamner des propos haineux. Il parle ainsi de « hate speech regulation » : « prohibiting public statements that incite “hatred against any identifiable group where such incitement is likely to lead to a breach of peace” » (Canada). Il explique ainsi le problème de l’équilibre social que cela crée, à partir de l’exemple d’un père et de sa petite fille de 7 ans qui, alors qu’ils se promènent sont confrontés à un signe : « Musulmans et 11/9 ! Ne les servez pas, ne leur parlez pas, et ne les laissez pas entrer ». La scène se passe dans le New Jersey, aux États Unis, la famille est musulmane. La petite fille questionne son père, qui accélère le pas sans répondre sur le signe. A différentes reprises, il a croisé d’autres signes : une grande photographie d’enfants musulmans avec le slogan « Ils s’appellent tous Osama » (Ben Laden), et même une affiche sur le mur extérieur de la mosquée où il est écrit « Quartier général du Jihad ». L’auteur s’interroge sur la fonction de ces signes, qu’il met en parallèle avec d’autres comme « Juifs et chiens Interdits » que l’on trouvait à une époque dans des quartiers à la mode en Floride. Pour lui, si l’on désigne ces signes comme des « discours de haine », on donne l’impression que leur fonction première est expressive, comme s’il ne s’agissait que de l’expression « d’un débordement de surchauffe » raciste ou islamophobe. Or, d’après Waldron, ces signes sont cela, et bien plus que cela car ils envoient aux membres de la minorité dénoncée dans les pamphlets et affiches des messages du type : « Ne pensez pas que vous êtes bienvenus ici. La société autour de vous peut paraître hospitalière et non discriminante, mais la vérité est qu’on ne veut pas de vous, et vos familles seront exclues, battues et poussées dehors, dès que nous le pourront. Il est possible que nous devions faire profil bas pour le moment. Mais ne soyez pas trop rassurés. Pensez à ce qui vous est déjà arrivé et aux personnes de votre condition par le passé. Ayez peur ».
Et, en même temps, ces mêmes signes envoient aussi un message aux autres membres de la communauté, qui ne sont pas membres de la minorité attaquée, et qui disent : «·Nous savons que certains d’entre vous sont d’accord avec le fait que nous ne voulons pas de ces individus ici. Nous savons que certains d’entre vous pensent qu’ils sont sales (ou dangereux ou criminels ou terroristes). Sachez que vous n’êtes pas seuls. Quoique dise le gouvernement, il y a assez de personnes autour de nous pour que nous sachions que ces personnes ne sont pas les bienvenues. Nous sommes assez nombreux pour pointer l’attention sur ce que sont vraiment ces personnes. Parlez à vos voisins, parlez à vos clients. Et par-dessus tout, n’en laissez pas entrer un de plus ». Le sens de ces messages est donc non seulement d’être des discours de haine, mais aussi de montrer qu’ils sont partie intégrante de la construction sociale (Waldron 2011 : 1-4). L’auteur explique que de nombreux américains pensent qu’au nom de la liberté d’expression, il est normal que ces signes existent, même s’ils sont mal à l’aise avec ce fait, et que le père et sa fille doivent juste apprendre à vivre avec ; ce qui revient à dire que ces signes n’ont pas de raison de tomber sous le joug de la loi et que les personnes qui publient ce genre de messages sont parfaitement dans leur droit. Or pour lui, c’est un vrai problème, encore plus dans une société comme les États-Unis où, selon le principe même de sa construction sociale, tous les citoyens sont différents (de races, d’apparences, de religions) mais vivent et travaillent au quotidien ensemble ; il est fondamental que chaque groupe accepte que les règles sociales ne soient pas juste pour son propre groupe, mais aussi pour lui et son groupe, avec tous les autres, en vertu de quoi chaque membre de chaque groupe devrait pourvoir vivre et mener ses affaires avec l’assurance de ne pas se retrouver confronté à de l’hostilité, de la violence, de la discrimination ou de l’exclusion par les autres. Pour Waldron, ce vivre ensemble dans un sentiment de sécurité partagée constitue un bien public, que le discours de haine vient miner. Il y voit un poison qui s’immisce et renvoie à des choses du passé qui sont de l’ordre de la menace sociale et environnementale (au sens direct comme large). Par ailleurs, il explique également que le sentiment d’appartenance, qui va avec un sentiment de reconnaissance, permet à ces minorités dont beaucoup ont souffert diverses exactions par le passé, de se sentir intégrées : le fait de faire partie de la société à part entière correspond à leur dignité (c’est-à-dire d’interagir, être traités, avoir la même vie que tous les autres membres de la communauté). Or la publication autorisée de discours de haine constitue une atteinte à leur dignité – à leur réputation, en associant des caractéristiques assignantes comme l’ethnicité, la race ou la religion à des conduites ou à des attributs qui semble pouvoir disqualifier quelqu’un de pouvoir être traité comme membre de cette société à part entière (Waldron 2011 : 5).
De manière non surprenante, et probablement historiquement liée à l’état de fait actuel aux États-Unis, Elsa Dorlin évoque se son côté la haine vécue comme une émotion de groupe, partagée dans l’horreur. Elle évoque ainsi la foule, utilisée comme arme létale, à laquelle on livre un suspect noir, pour qu’elle se charge de son lynchage·: les écoles ferment pour que les enfants puissent assister au spectacle, les familles pique-niquent après « l’événement », les enfants jouent avec la dépouille… l’horreur est ritualisée et une véritable industrie du lynchage s’organise : des photographies d’une scène de lynchage ainsi que des morceaux du corps démembré sont vendus en souvenir de l’événement (elle développe en particulier l’exemple connu sous le nom de « Waco horror »). On voit comment dans ce contexte américain d’avant-guerre la violence est légitimée en quelque sorte par l’action publique, avec aussi toute une construction sociale autour du mythe du violeur noir, restituée à partir d’éléments d’histoire (Dorlin 2017 : 110-112). On voit comment, dans ce contexte américain d’avant-guerre, la violence est légitimée en quelque sorte par l’action publique, avec aussi toute une construction sociale autour du mythe du violeur noir, restituée à partir d’éléments d’histoire, et dont le procès de Rodney King, ne constitue à son tour et plus près de nous, que l’un des épisodes (Dorlin 2017 : 110-112).

La violence collective comme manifestation pervertie d’une émotion fraternelle partagée

Ce lynchage, en quelque sorte « thématique », est également celui qui est régulièrement réactualisé contre « les homosexuels », « les juifs », « les femmes » et bien d’autres personnes désignées comme représentatrices historiques et sociales de tous les maux du monde, et donc figures sacrificielles dont l’offrande serait susceptible de rétablir un équilibre fantasmé.

L’histoire de Rodney King, comme tant d’autres agressions de groupe, est au centre des émotions des groupes. Interpellé puis passé à tabac par des policiers le 3 mars 1991, une vidéo amateur prise par Geroge Halliday est produite lors du procès et disséquée jusqu’à ce que, de victime, Rodney King se retrouve finalement accusé d’avoir été l’agresseur, et donc provoqué la légitime défense de la part des policiers. Elsa Dorlin explique comment la séquence vidéo où Rodney King avance les bras en avant pour se protéger a été ensuite utilisée par les avocats adverses, pour arriver à prouver qu’en réalité sa posture était agressive : « En démultipliant les récits contradictoires sur une scène fractionnée, isolée du contexte social dans lequel elle advient, les avocats de la police sont parvenus à brouiller, à « désagréger » le sens de la séquence prise en son ensemble. […] le moment où la violence policière est à son acmé, à la 81e seconde de l’enregistrement, est ainsi devenu une scène de légitime défense face à un forcené […] En se défendant de la violence policière, RK est devenu indéfendable. En d’autres termes, plus il s’est défendu, plus il a été battu et plus il a été perçu comme l’agresseur. Le renversement du sens de l’attaque et de la défense, de l’agression et de la protection, dans un cadre qui permet d’en fixer structurellement les termes et les agents légitimes, quelle que soit l’effectivité de leurs gestes, transforme ces actions en qualités anthropologiques à même de délimiter une ligne de couleur discriminant les corps et les groupes sociaux ainsi formés. Cette ligne de partage ne délimite jamais simplement des corps menaçants/agressifs et des corps défensifs. Elle sépare plutôt ceux qui sont agents (agents de leurs propres défense) et ceux qui témoignent d’une forme de puissance d’agir toute négative en tant qu’ils ne peuvent être agents de la violence « pure ». Ainsi, Rodney King, comme tout homme africain-américain interpellé par la police raciste, est reconnu comme agent, mais uniquement comme agent de violence, comme sujet violent, à l’exclusion de tout autre domaine d’action » (Dorlin, 2017 : 12).

Le discours de haine et le rapport à la norme sociale
La question du rapport de la haine aux normes sociales est d’autant plus complexe que celles-ci sont fondamentalement culturelles et varient en fonction des lieux géographiques, mais aussi des époques, des groupes sociaux et, globalement, sont en constante évolution et réadaptation en fonction des (nouveaux) rapports de pouvoir qui existent dans une société donnée (comme nous l’avons vu avec les exemples américains de Waldron et Dorlin ci-dessus). Ainsi, les règles, et souvent les lois, qui constituent et définissent les normes, ont pour fonction première de permettre de vivre en sécurité et en harmonie les un·e·s avec les autres. Elles tendent à « réguler·» les pratiques et les manières d’être des individus, ce qui se fait ou non et, par rebond, le bien et le mal (la loi). Leur fonction est de permettre un vivre ensemble ; dans cette mesure, les normes sociales s’efforcent de poser un cadre et des limites aux relations que les êtres humains peuvent entretenir ou non les uns avec les autres. Néanmoins, force est de constater qu’en fonction des pays, et donc des règles qui y ont cours, on lynche, assassine ou on met en prison des femmes pour s’être promenées sans voile en public (en Iran, Afghanistan, Arabie saoudite) ou au contraire, on leur interdit le port du voile dans les institutions publiques (France). Dans chaque société, on remarque que ce qui n’est pas condamné par la loi est de fait considéré comme acceptable, et donc implicitement autorisé, voire encouragé ; la haine est ainsi encouragée dès lors qu’elle n’est pas condamnée (ainsi par exemple à la date de mai 2019, 56 femmes sont décédées sous les coups de leur compagnon/conjoint, en France ; ce qui sans doute aucun signifie que ce type de crime n’est pas puni de manière suffisante pour l’empêcher).

Intervention au lycée Colbert, Paris 10ème, pour l’Observatoire de lutte contre les discriminations LGBT+ du Rectorat de Paris

Dans le cadre des actions éducatives lancées par l’Observatoire de lutte contre les discriminations LGBT+ du Rectorat de l’académie de Paris, un atelier pédagogique filmé conduit en classe de terminale par Béatrice Fracchiolla, professeure en sciences du langage à l’université de Lorraine, autour de termes et insultes homophobes et sexistes perçues comme discriminantes, et plus généralement sur les violences verbales, les discours de haine.

Intervention sur les “systèmes discursifs de discrimination” au Lycée Colbert, B Fracchiolla, Extrait de 8 minutes

https://www.ac-paris.fr/serail/jcms/s1_2471843/fr/les-actions-et-engagements-lgbt-au-lycee

A propos du genre, du sexe, des sexes, de la sexualité, de lé diversité, des femmes, de la biologie et de la culture, de la vie en société, l’excellent site :

http://www.matilda.education/app/course/

Le Manifeste et la pétition en faveur de l’écriture inclusive, lancées par Eliane Viennot

Voici les dernières nouvelles envoyées par Eliane Viennot sur des événements récents liés à la signature et diffusion de la pétition et du Manifeste parus en octobre, que j’ai signés tous deux dès septembre.
Plusieurs journaux et magazines ont manifesté leur intérêt pour l’adoption de l’accord de proximité:
– Eliane Viennot a été invitée fin décembre par la rédaction de L’Humanité à présenter l’ensemble des procédés de « l’écriture inclusive », et les journalistes ont marqué leur intention d’agir assez rapidement dans ce sens.
– Le Monde a annoncé début janvier ouvrir une phase d’expérimentation de plusieurs de ces mêmes procédés dans certains de ses magazines. Rien n’est très précis, mais cela signifie qu’il y a de la demande parmi les journalistes, et qu’au moins celles et ceux qui veulent vivre au 21e siècle ne se verront pas empêché·es de le faire.

2. Le Manifeste a été traduit en italien et reçu divers commentaires dans ce pays…
d’autant qu’il y a en Italie des actions qui ressemblent à la nôtre, mais menée par des députées. Ci-joints deux mémos de notre collègue Martherita Orsino: état de la question en italie, et proposition de loi
ainsi qu’un article paru dans la presse:

In Francia si discute di grammatica e “scrittura inclusiva”

3. L’Institut français lance une « consultation citoyenne » sur le français.
https://www.monideepourlefrancais.fr/fr/consultation

4. réédition du livre “Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin! Petite histoire des résistances de la langue française”, paru en 2014,
Il vient de ressortir, toujours chez iXe et au même prix (14€), avec son dernier chapitre (« Les enjeux actuels ») allongé d’une douzaines de pages, pour tenir compte de l’avancée des débats depuis trois ans (Renouer avec les logiques de la langue – Rompre avec l’élitisme imposé à la langue – Rompre avec « l’homme » – Innover tranquillement).

5. La pétition qui compte 32200 signatures accepte toujours les signatures:
https://www.change.org/p/nous-ne-voulons-plus-que-le-masculin-l-emporte-sur-le-f%C3%A9minin

Quelques remarques en lisant une thèse… autour des malentendus/malcompris possibles

En sociologie, on parle (toujours? encore?) des rapports “de classe, de genre, de race”.
Je comprends que les habitudes notionnelles aient la vie dures, mais travaillant en sciences du langage (à/sur/à propos de) la clarté de la langue – je voudrais pouvoir dire, “à la transparence”…- ou du moins à sa désopacification, cela me semble ardu d’un point de vue référentiel – c’est-à-dire en 2015 – de comprendre précisément de quoi l’on est en train de parler.
L’occasion d’un travail à nouveau sur l’histoire des mots (et des notions) – un peu comme s’interroger, comme je l’ai entendu dans un amphi d’agrégatifs, pour savoir si Voltaire était ou non antisémite. La question des mots tabous.

Remarque annexe (sociologique et sociale) : en France, note numéro de sécurité sociale (INSEE) commence par un 1 si on est un homme ; un 2 si l’on est une femme. On pourrait songer à passer de 1 et 2 à 0 et 1. Ce serait à nouveau intéressant – et cohérent relativement au monde où nous vivons qui est constitué de nombreuses suites de 1 et 0 (programmation informatique).

Autour et à propos du sexisme et du genre : documentaire “Je ne suis pas raciste, mais…”

Le site de l’émission propose de revisionner cette diffusion à l’adresse suivante :
http://www.rts.ch/emissions/specimen/5162865-je-ne-suis-pas-raciste-mais.html
Il contient par ailleurs des références bibliographiques.

Cette émission montre et explique la manière dont les stéréotypes – y compris, donc, ceux de genre – se mettent en effet en place dès le plus jeune âge.

Références et expériences scientifiques à l’appui, l’émission explique de manière tout à fait didactique comment et pourquoi nous catégorisons depuis le plus jeune âge – y compris en ce qui concerne la construction des stéréotypes de genre – et comment ces stéréotypes sont retransmis (séquence expérience de l’histoire répétée à quelqu’un d’autre, mettant en scène soit un homme soit une femme ayant raté son examen). Apprendre à distinguer, à discriminer un élément d’un autre, à catégoriser les éléments les uns par rapport aux autres, cela commence par les informations reçues de notre expérience sensorielle. Une expérience montre ainsi comment deux enfants en bas âge qui aiment les gâteaux au chocolat plus que les haricots verts, associent systématiquement des éléments positifs aux personnages d’une histoire – des marionnettes canards, puis chats – en fonction du goût plus marqué que les marionnettes canards manifestent pour l’un ou l’autre aliment ; à quoi est liée l’empathie (entre autres à la ressemblance et à l’identification), la peur de l’autre, et comment les stéréotypes sont construits et discursivement mis en scène, en défiant parfois la réalité objective d’une photographie, d’un énoncé. Tous les types de discriminations discrimantes y sont abordés, ainsi que la manière dont il se mettent en place, qu’il s’agisse de ceux liés à la taille, à la couleur de peau, au genre, à la couleur des cheveux, etc. Certaines de ces séquences montrent la mise en place de l’argument d’autorité (discours de l’enseignante) dans le cadre d’une expérience en direct menée dans une classe au Québec où les “grands” se trouvent soudain, et pour une journée expérimentale, discriminés à l’égard – et immédiatement après, par – les “petits” de taille (la limite fixée étant à 1m34).

Un extrait ci-dessous:

Emission Specimen 09/10/2013
“Qu’on l’admette ou non, on a tous beaucoup de préjugés. Que ce soit sur les blondes, les mendiants roms, les frontaliers ou les Suisses allemands. Mais d’où vient ce besoin de coller des étiquettes aux autres et parfois même de les discriminer ? SPECIMEN explore la fabrication des stéréotypes et l’engrenage de la discrimination.
Suivant la démarche qui a fait son succès, le magazine Specimen a fait appel à des témoignages, des expériences filmées sur le vif et des éclairages scientifiques pour essayer de comprendre d’où viennent et à quoi servent les préjugés.
L’apprentissage des stéréotypes débute très tôt : on verra comment, à moins d’un an, des bébés sont déjà capables de catégoriser des animaux en peluche, en marquant leur préférence pour celui qui partage leurs goûts (en l’occurrence le chocolat) et en manifestant de l’hostilité pour celui qui est différent (parce qu’il aime les haricots verts).
Comme le démontre une autre expérience scientifique reproduite par l’équipe de Specimen, les enfants développent en grandissant une très forte identité de groupe. Lorsqu’on leur présente des dessins de personnages à la peau noire et blanche, ils valorisent systématiquement ceux de leur propre race. Un chercheur italien a lui aussi établi scientifiquement que des « spécimens » européens n’éprouvent pas d’empathie spontanée en voyant souffrir des Africains. Et vice versa.
S’il est habilement stimulé, ce réflexe « tribal » peut conduire à des attitudes clairement discriminatoires. Une expérience menée dans une classe le démontre : il suffit de monter en épingle une petite différence pour créer artificiellement deux groupes d’élèves qui, très rapidement, se mettent à se discriminer l’un l’autre.
Ce processus d’exclusion, beaucoup de personnes issues de minorités le subissent. De nombreuses études montrent que les Noirs américains sont systématiquement stigmatisés : en cas de délit, ils sont immédiatement suspectés et il a été prouvé, par des mesures électroniques très précises, que les policiers leur tirent dessus beaucoup plus rapidement que sur des délinquants blancs.
Les préjugés font des victimes de toutes sortes: un footballeur homosexuel d’origine marocaine raconte dans Specimen comment il a été successivement rejeté par ses camarades de classe français puis par ses copains musulmans et finalement par tous les sportifs homophobes. Dans un autre registre, une présentatrice de télévision à la chevelure flamboyante révèle ce que ça impliquait d’être une petite fille rousse dans une classe de Suisse romande.
Générique
Production : Bettina Hofmann et Eric Burnand Présentation : Luigi Mara”

http://www.rts.ch/emissions/specimen/5162865-je-ne-suis-pas-raciste-mais.html

Autour et à propos du sexisme et du genre : la féminisation francophone des noms de métiers

Je m’intéresse depuis plusieurs années à la féminisation des noms de métiers en français (et en francophonie) et j’ai écrit plusieurs articles sur le sujet (que l’on peut trouver sur mon site de recherche). Ma position de chercheuse est celle de reconnaître la nécessaire adéquation entre les mots qui nomment une réalité et la réalité qu’ils nomment. Le fait de nommer, permet également de donner une existence et, en ce sens, l’acte de nommer est performatif. Dans cette perspective, la généralisation de la féminisation des noms de métiers, titres et grades, est un phénomène et processus normal (pour ne pas dire “naturel” au sens où l’évolution est un phénomène naturel) qui relève normalement de l’usage et non du législateur. Cependant, l’existence de règles – en particulier celles qui concernent la formation des mots et de leurs dérivés – peuvent parfois guider et donc aider les usagers. C’est ici le sens de tous les “guides” qui ont été réalisés et proposés par les différents organismes de gouvernance. L’usage restant le seul à faire loi.
Par ailleurs, c’est bien parce que l’acte de nommer est un acte de reconnaissance performatif – c’est ainsi que l’on “reconnait” ses enfants, en les nommant – qu’il est important que la féminisation soit normalisée, désamorcée de toute idéologie et simplifiée pour en diversifier et répandre l’usage.
Enfin, au niveau discursif, pour qu’un discours soit clairement compris, il nécessite que le référent – l’être dont on parle dans la réalité – soit également clairement identifié. Les critères esthétiques ne me semblent avoir aucune place dans ce type de débat (pas plus que de savoir, par exemple, si l’on trouve “Jean-Pierre” ou “Valérie” plus ou moins joliEs que “Victor” ou “Jeanne-Marie”) : on ne peut en effet mettre tout le monde d’accord selon ce type de critères, et l’on se condamne au dissensus en cherchant à invoquer un critère esthétique. En ce sens, la créativité doit rester libre, et je me réjouis pour l’heure de pouvoir nommer les pompières et les plombières qui ont choisi respectivement ces deux métiers. L’acte de nommer est ici une autre forme de rediscursivisation (voir billet précédent, Mills, 2008).
NB: La France, et donc le français, vient de “franc” – qui signifie peuple libre : le français est donc la langue du pays des hommes et des femmes libres (de nommer et se nommer aussi?)

Par ailleurs, pour rejoindre la thématique éducative, qui est à l’origine de cet ensemble de billets, il me semble que l’éducation à l’égalité des filles et des garçons, des femmes et des hommes, doit aussi passer par cet(te) apprentissage/reconnaissance d’un lexique non sexiste pour permettre une rediscursivisation et une transformation des représentations. Il serait incohérent de faire une telle campagne et d’avoir parallèlement un discours (dans les classes) laissant entendre, par exemple, qu’on ne pourrait pas dire “une chirurgienne”.

Voici ci-après quelques liens qui permettent de se familiariser avec les textes “officiels” et les possibilités réelles (très larges, en réalité, et où la créativité a toute sa place)

°Au féminin, guide de féminisation des titres de fonctions et des textes, Guide de l’Office de la langue française, Les publications du Québec, 1991, 35 pages.

° Le Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre du Service de la langue française : page d’accueil “Mettre au féminin”

° Femme, j’écris ton nom… : guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions
Auteur(s) : BECQUER Annie, CERQUIGLINI Bernard, CHOLEWKA Nicole
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (France); INSTITUT NATIONAL DE LA LANGUE FRANCAISE (France)
Editeur : La Documentation française
Date de remise : Décembre 1999, 124 pages

° Pour la Suisse, on pourra se reporter aux travaux de Daniel Elmiger

° La Délégation générale à la langue française et aux langues de France avait rédigé un Rapport sur la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre en octobre 1998 (donc un an avant la publication du guide français Femmes, j’écris ton nom…)

° Langue et cité. Féminin, masculin : la langue et le genre, n°24, octobre 2013, n°24 octobre 2013.
Ce nouveau numéro du Bulletin de l’observatoire des pratiques linguistiques aborde différents sujets relatifs à la féminisation : la question du masculin et du féminin en langue, les pratiques graphiques du genre, les transgenres, l’homoparentalité, le pronom neutre, Mademoiselle… (articles de Michel Arrivée, Anne Dister et Marie-Louise Moreau, Julie Abou, Luca Greco, Karl Erland Gadelii et Isabelle Hylén, Daniel Elmiger,

Autour et à propos du sexisme et du genre : publicité et rediscursivisation

J’ai présenté dans mon post d’introduction à la thématique “Autour et à propos du sexisme et du genre” le procédé de rediscursivisation (Mills, S., 2008 : 8). Ce concept est intéressant, car il est opératoire. Il participe des techniques de reformulation allant dans le sens d’une communication non violente en même temps que d’une déconstruction/réélaboration des discours.

En termes de publicités, il s’agit de donner à voir et à lire ou entendre des messages prenant le contrepied des idées reçues, clichés, stéréotypes, sans les mettre en scène pour autant. Car en les montrant même si cela est pour les moquer ou les critiquer, on continue à les faire circuler.

Exemple de deux publicités pour des aspirateurs :

1/ La première rediscursivise effectivement :

rediscursivisation effective
rediscursivisation effective

2/ Alors qu’à première vue, l’on se dit que c’est une publicité positive, qui est sensible au sujet du sexisme et des attributions genrées des rôles, la seconde contribue pourtant au renforcement des discours sexistes, tout en voulant pourtant les dénoncer – ce qui peut sembler paradoxal :

Pas de rediscursivisation - contribue à la circulation des discours sexistes
Pas de rediscursivisation – contribue à la circulation des discours sexistes

Autour et à propos du sexisme et du genre : la question de l’éducation (annonces)

Atelier « Genre et Médias »
avec Doriane Montmasson (Paris 5 – CERLIS),
“Les stéréotypes de genre transmis par la littérature de jeunesse à l’épreuve de l’interprétation des enfants”.
Le jeudi 14 novembre, 18h-20h à la MIE (maison des initiatives étudiantes)
50, rue des tournelles – 75003 Paris.
Ouvert à toutes et tous

Résumé :
Accusée par quelques sociologues de « véhicule[r] des rapports sociaux de sexe inégalitaires » (Brugeilles, Cromer, Cromer, 2002), la littérature de jeunesse a été pointée du doigt comme transmettant aux enfants des représentations stéréotypées du masculin et du féminin. Si le contenu des livres destinés aux jeunes lecteurs a de la sorte fait l’objet d’investigations sociologiques, la réception des normativités contenues dans les albums n’a pour sa part que peu suscité l’intérêt des chercheurs. Relevant d’un processus a priori non mécanique, la transmission de « valeurs » par la littérature se doit pourtant d’être comprise à la lumière de l’exégèse de ses lecteurs. Les enfants sont-ils amenés à (ré)interpréter les informations leur étant délivrées par les albums ? Petites filles et petits garçons mettent-ils en œuvre une lecture « interprétative » des ouvrages leur étant destinés ? C’est ainsi à la façon dont les enfants s’ « approprient » les normativités – liées au genre – contenues dans les livres leur étant adressés que nous nous intéresserons ici.

Prochaines séances :

Jeudi 12 décembre, 18h-20h
Sylvain Rimbault, “Genres & Costumes : des super héros sur leur 31”

Pour plus d’informations : genreetmedias.efigies@gmail.com
Mélanie Lallet, Isabelle Matamoros, Mary-Sherley Valzema

(annonce diffusée via la liste de diffusion efigies)
———————-

Goûter-philo pour enfants et adultes autour de l’album “On n’est pas des poupées. Mon premier manifeste féministe” animé par DELPHINE BEAUVOIS, co-auteure
Samedi 16 novembre 2013, à 16h à la Librairie Violette and CO, 102 rue de Charonne, 75011 Paris.

“Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes… un premier manifeste féministe destiné aux enfants à partir de 4 ans.
Pour la première fois, un album jeunesse s’attaque de manière très frontale aux stéréotypes de genre, sans périphrases ni métaphores, mais avec toute la fantaisie et la poésie apportées par les magnifiques illustrations de Claire Cantais, mêlant dessins, photos et découpage.
À l’arrivée pas de clichés, des clins d’œil au mouvement féministe qui feront sourire les adultes, et des héroïnes malicieuses qui, au fil des pages, permettent de déconstruire et de dénaturaliser les injonctions faites aux filles dès le plus jeune âge.

Delphine Beauvois est enseignante et militante féministe.

Claire Cantais est illustratrice et photographe. Son univers graphique mêle dessin, photo et découpage.

On n’est pas des poupées est édité par La ville brûle”

(citation du site http://www.violetteandco.com)

Autour et à propos du sexisme et du genre 2 : la question de l’éducation (a)

Le projet pour l’égalité des filles et des garçons de l’école maternelle au baccalauréat est intéressant, mais il ne permet pas de couvrir le secteur de la petite enfance (0 à 3 ans), qui est pourtant une période très importante également pour la mise en place des stéréotypes de genre – en réalité, dès la naissance. Ce à quoi il s’attèle est donc nécessairement, déjà, une déconstruction des discours, une remédiation. C’est donc peut-être dans les maternités qu’il faudrait, déjà, s’adresser aux parents pour leur faire prendre conscience de l’existence de ces représentations, qui sont tellement ancrées qu’elles en perdent toute visibilité et lisibilité? A voir.

En attendant, voici quelques ressources glanées sur le net :

2013, l’année de mobilisation pour “l’égalité entre les filles et les garçons à l’école”

A l’école maternelle :

– Brochure Filles et garçons à l’école maternelle Reconnaître la différence pour faire l’égalité

” Cette brochure a été réalisée suite à la recherche-action « Le genre à l’école maternelle : développement d’un outil pour l’enseignement maternel », menée par l’asbl Genderatwork de décembre 2008 à octobre 2009, dans le cadre de l’appel à projets « Encourager la recherche de genre portant sur les inégalités entre les filles et les garçons dans l’enseignement de la Communauté Française de Belgique » lancé par la Direction de l’Egalité des Chances du Ministère de la Communauté Française de Belgique.
Cette brochure est le résultat d’enquêtes menées auprès de six écoles maternelles de la Communauté Française de Belgique du réseau officiel et du réseau libre ; trois écoles de la Région Bruxelles-Capitale : l’école maternelle de la Clé, l’école maternelle communale n° 2 de Schaerbeek, l’école maternelle des Pagodes et trois écoles de Liège et de ses environs : l’école maternelle libre Saint-Paul, l’école maternelle fondamentale Bressoux- de Gaulle et l’école maternelle Notre-Dame de Lourdes. Les entretiens ont impliqué une quarantaine d’enseignant-e-s et six directrices.” (page 3 sur 38)

Pour les enfants :

La poupée de Timothée et le camion de Lison, par Véronique Ducret et Véronique Le Roy, Le 2e Observatoire, avril 2012
“Le deuxième Observatoire est un institut de recherche et de formation sur les rapports de genre, qui a été créé en Suisse romande en 1998. Il a pour objectif de promouvoir l’analyse des rapports sociaux de sexe. Il offre des outils, tels que la recherche, la forma- tion et le conseil, mis au service des organismes soucieux de faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes. Au bénéfice d’une solide expérience, l’équipe du deuxième Observatoire privilégie une approche pluridisciplinaire et regroupe des professionnelles reconnues comme expertes par le Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes. Le guide est en ligne sur www.2e-observatoire.com

– Texte : Sexisme dans la littérature enfantine : quels effets pour le développement des enfants ?Synthèse des recherches examinant les représentations du masculin et du féminin véhiculées dans la littérature et la presse enfantines de publication récente, par Anne Dafflon Novelle, Université de Genève. (5 pages)

Pour jeunes adolescents :

– La bande-dessinée  Agir contre les stéréotypes pour favoriser la mixité et l’égalité professionnelle femme / homme éditée par la préfecture de la Haute-Saône est “un guide pour lever les stéréotypes et les préjugés relatifs à la mixité et l’égalité professionnelle”

– La Bande dessinée Princesses et Chevaliers pour l’égalité réalisée par la ville de Reims.

Métiers d’hommes, métiers de femmes, halte aux préjugés!

Histoire:

Féminisme et éducation (XIXe-début XXe s.). Choix de textes sélectionnés par Denise Karnaouch sur: l’éducation et instruction des filles, les premiers jardins d’enfants, les premières femmes étudiantes en médecine, la coéducation, l’accès à l’enseignement supérieur, etc. sur le site des archives féministes.

L’institut Emilie du Châtelet, met en ligne les vidéos de ses conférences et de nombreux autres supports sur l’histoire des femmes et du féminisme.

Livres pour enfants

– le site http://www.lab-elle.org qui a sélectionné “300 albums sans stéréotypes de genre et des personnages associés à une large variété d’activités, de rôles, d’émotions et des sentiments inhabituels” entre 2006 et 2010, “afin de promouvoir la construction de l’égalité entre les filles et les garçons. Ces modèles, bousculant les repères usuels, permettent aux enfants de construire leur personnalité, d’imaginer leur futur sans se sentir cloisonnés par des codes sexués.”

– Sur le site “Adéquations“, des albums (et outils éducatifs) non sexistes. Le livret pour une éducation non sexiste est en téléchargement :
– Adéquations :Contenu du livret de littérature de jeunesse non sexiste.pdf
Couverture Livret

La marre aux mots

Liste de livres traitant de la diversité des familles (source : http://www.apgl.fr/apgl-asso/item/104-ouvrages-enfants)