Archives pour la catégorie Corpus

Premiers résultats du protocole de recherche COREV

« COREV » : Comprendre la Violence Verbale en réception.

Après des années de recherches et publications sur la violence verbale en production, il était légitime de se poser la question de ce qui se passe lorsque l’on est en état de « réception » face à de la violence verbale. Pourtant, comment faire pour mesurer, récupérer des données de ce genre, qui sont du domaine des états internes?
C’est à partir de ce questionnement, et sans avoir trouvé encore d’études de ce genre concernant la seule réception de la « violence », tout court, (appel à vous, lecteur.ice.s, si vous en connaissez!) que nous avons imaginé, d’abord avec Christina Schultz-Romain et Isabelle Arnulf, responsable de l’unité des pathologies du sommeil à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, puis avec une équipe plus étendue, un protocole permettant de recueillir des données verbales (à travers des entretiens semi directifs) en même temps que des données neurovégétatives permettant de mesurer l’état émotionnel des personnes exposées à des messages violents.
Ce protocole s’est déroulé sur deux ans, d’avril 2016 à décembre 2018, et nous commençons à pouvoir en publier les premiers résultats, recueillis grâce à la participation de 26 volontaires, que nous avons enregistrés en train de visionner deux vidéos (l’une dite « à message violent » et l’autre dite « à message neutre ») lors de leur séjour de 24h, en service hospitalier, et qui nous ont également remis des carnets de rêves tenus pendant 15 jours. Pour l’instant, les premiers résultats, en analyse de discours, concernent l’expression des émotions (positives et négatives), et seront amplement développés dans une thèse menée par Olinka Solène De Roger sous ma direction, à l’université de Lorraine, CREM EA3476. Mais des analyses croisées ont également été réalisées sur leur fréquence cardiaque, sur la qualité de leur sommeil après avoir vu l’une ou l’autre vidéo avant de s’endormir, et de nombreuses données, en particulier sur la mémorisation et la restitution verbale de ce qui est perçu, restent encore à exploiter.
(Plus d’informations sur le protocole lui-même et les premiers résultats sur http://beatricefracchiolla.com onglet « Recherches »)

Autour et à propos du sexisme et du genre : publicité et rediscursivisation

J’ai présenté dans mon post d’introduction à la thématique « Autour et à propos du sexisme et du genre » le procédé de rediscursivisation (Mills, S., 2008 : 8). Ce concept est intéressant, car il est opératoire. Il participe des techniques de reformulation allant dans le sens d’une communication non violente en même temps que d’une déconstruction/réélaboration des discours.

En termes de publicités, il s’agit de donner à voir et à lire ou entendre des messages prenant le contrepied des idées reçues, clichés, stéréotypes, sans les mettre en scène pour autant. Car en les montrant même si cela est pour les moquer ou les critiquer, on continue à les faire circuler.

Exemple de deux publicités pour des aspirateurs :

1/ La première rediscursivise effectivement :

rediscursivisation effective
rediscursivisation effective

2/ Alors qu’à première vue, l’on se dit que c’est une publicité positive, qui est sensible au sujet du sexisme et des attributions genrées des rôles, la seconde contribue pourtant au renforcement des discours sexistes, tout en voulant pourtant les dénoncer – ce qui peut sembler paradoxal :

Pas de rediscursivisation - contribue à la circulation des discours sexistes
Pas de rediscursivisation – contribue à la circulation des discours sexistes

Corpus à moudre

Exemple de violence verbale fulgurante: Christophe Hondelatte s’adresse au chanteur Dave (émission « 17ème ascenseur » de Laurent Baffie du 24 novembre 2012)

Extrait du parisien en ligne (lien ci-dessous):

« A bout de nerfs, une fois de plus. Le journaliste Christophe Hondelatte a encore «pété les plombs», devant les caméras de télévision. Cette fois, c’est le chanteur Dave qui en a fait les frais. Sur le plateau de « 17 ème sans ascenseur » diffusée sur ParisPremière et présenté par Laurent Baffie, le journaliste n’a pu retenir un flot d’injures.

Au début tout va bien…jusqu’à la chute. 

L’émission se lance avec Marcel Campion, le gérant de la foire du trône, qui met l’ambiance en jouant un morceau de jazz manouche à la guitare. Hondelatte s’éclate. On le voit faire des grimaces et chanter très fort. Autour de la table, la chanteuse Olivia Ruiz, Adamo et Cali tapent volontiers dans les mains tout en surveillant en coin Hondelatte. Soudain, dès que la musique s’arrête, l’ancien présentateur de «Faites entrer l’accusé» éructe contre son voisin. « Le mépris de Dave pour les musiciens qu’il appelle amateurs est absolument insupportable ! » s’enflamme-t-il. «Il a beau être une gloire nationale, je lui chie à la gueule. Tu ne respectes pas les musiciens ! »

Impassible alors qu’ils sont côte à côte, Dave rit, applaudit. « Aaaaah enfin, un moment de télévision », ironise le Hollandais. «Ce n’est pas un coup de télévision, j’en ai rien à branler des caméras ! Tu es nul, tu es misérable, tu ne respectes pas le musicien qui est en face de toi», lui rétorque Christophe Hondelatte, qui s’enflamme de plus en plus. « Ce mec qui joue de la musique est peut-être meilleur musicien que toi. Tu es juste un produit du show bizz ! MERDE, MERDE et MERDE ! Quand un musicien joue on l’écoute. Tu n’as pas écouté une minute. Tu bavasses à côté comme une starlette du show-bizz ! »

Alors qu’Hondelatte n’arrive pas à se calmer et continue à hurler, Dave fait une pirouette. Avec sa voix haut perché qui a fait son succès, il entame «Stop in the name of love … before you break my love » (Arrête au nom de l’amour… avant de me briser le coeur, ndlr), une célèbre chanson de Diana Ross. »

Un lien direct pour accéder à la vidéo et texte extrait du site leparisien ci-après  :

http://www.leparisien.fr/laparisienne/actu-people/videos-clash-hondelatte-a-dave-tu-es-nul-tu-es-miserable-26-11-2012-2356759.php

—-

Commentaires:

Ce qui est intéressant dans cet extrait, c’est qu’il permet de saisir ce qui est très difficile à saisir lorsque l’on est chercheur de terrain. Les moments de violence verbale fulgurante au quotidien sont en effet difficilement enregistrables, à la fois pour des raisons de tempo et des raisons éthiques. On voit ici différentes choses en cours, dues également au format de l’émission: il y a une interaction de groupe, au cours de laquelle l’animateur qui « reçoit » dans son émission, se moque de celui qui est en train de chanter. Cela est certes compris comme étant son rôle et faisant partie du personnage ; néanmoins, la teneur réelle des propos commentant l’aspect physique de la personne qui chante, lorsqu’elle chante, sont réellement agressifs et surtout, sont de nature à l’inquiéter. La nature même de la situation veut que lorsque l’on passe à la télévision on s’expose à travers son image, et que l’on cherche donc à être à son avantage – ce qui est normal. Dans ce contexte, répéter à quelqu’un « c’est laid quand tu chantes, arrête de faire des grimaces, etc. » revient à chercher à lui faire perdre la face (même si cela est donné à voir comme de l’humour). Ce qui se passe alors est que l’agressé finit en effet par réagir à cette montée en tension (inquiétude intériorisée, mais provoquée par un contenu sémantique et symbolique très fort venu de l’extérieur), mais pas envers la « bonne personne ». Plusieurs raisons peuvent expliquer cela : une forme de crainte des représailles, une perte momentanée des repères parce que c’est la personne qui invite qui agresse ; ou encore d’autres raisons du jeu interactionnel qui nous sont inconnues parce qu’invisibles à l’écran, etc. Toujours est-il que c’est ici un tiers, finalement, qui « prend tout » suite à une petite remarque anodine, et relativement faible en termes de contenu agressif. En termes interactionnels, il y a une forme de redoublement du bouc émissaire: le vrai bouc émissaire serait plutôt ici celui que l’on fait passer pour l’agresseur et qui réagit à une autre agression. Le schéma qui se joue est donc bien à 3 personnes (au moins), et non entre deux, comme le présente les commentaires des médias.

On retrouve ici une forme de schéma interactionnel récurrent en termes de violence verbale que j’appellerais  : « l’agression au tiers émissaire ».  On le retrouve par exemple chez l’automobiliste qui injurie les personnes présentes dans la voiture, suite à une incivilité ou agression d’un autre automobiliste. Ou encore chez celle ou celui qui ressortant énervé(e) d’une interaction verbale tendue comprenant des scénarii d’agression à son égard, auxquels il a fallu céder – en renonçant à réagir sur l’instant pour diverses raisons, qui sont souvent hiérarchiques et institutionnelles dans le cadre du milieu professionnel – va réagir à contretemps et se mettre à agresser une tierce personne (par exemple, femme, mari, enfants, une fois rentré(e) chez elle/lui.