Tous les articles par Béatrice Fracchiolla

A propos Béatrice Fracchiolla

Professeure en sciences du langage à l'université de Lorraine

Intervention dans le cadre du séminaire académique de réflexion sur les discriminations LGBT+ – Rectorat de Paris, grand Amphithéâtre de la Sorbonne 01/10/2020

Actualités liées: PLAN NATIONAL D‘ACTIONS POUR L’ÉGALITÉ, CONTRE LA HAINE ET LES DISCRIMINATIONS ANTI-LGBT+ 2020-2023

Extrait
Extrait Table ronde Séminaire en Sorbonne – Béatrice Fracchiolla, 1’17”

(ci-dessous: copie de la page : https://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_2139113/retour-sur-le-seminaire-academique-de-reflexion-sur-les-discriminations-lgbt)
Ce séminaire académique de réflexion devait initialement se tenir à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les LGBTphobies le 17 Mai 2020, temps fort de solidarité, de réflexion et de mobilisation de l’académie et de l’Observatoire sur ces questions. Annulé en raison du confinement et de la situation sanitaire, cet événement a été reprogrammé ce 1er octobre, la lutte contre les LGBTphobies à l’école se déployant tout au long de l’année scolaire.

Eléments de contexte
La lutte contre toutes les formes de discriminations et de harcèlement est au cœur des fondements de l’Ecole républicaine et de ses missions : « Faire partager aux élèves les valeurs de la République » Code de l’Education article 1.

La prévention et la lutte contre les actes LGBTphobes, commis en raison de l’orientation sexuelle et affective ou de l’identité de genre constituent une priorité gouvernementale et une préoccupation essentielle du ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, présentée dans le plan national de lutte contre les violences anti-LGBT à l’école, avec la campagne “collèges et lycées engagés contre l’homophobie et la transphobie : Tous égaux, tous alliés”, lancée en janvier 2019.

Des constats alarmants concernant la situation des jeunes LGBTQI et les violences multiformes auxquelles ils font souvent face :

– Plusieurs enquêtes et études récentes (étude de l’IFOP de 2018 pour la Fondation Jean-Jaurès et la DILCRAH, dernière enquête sur le climat scolaire de la DEPP, enquête de victimation auprès des jeunes intégrant des questions relatives à l’homophobie, rapports annuels de différents partenaires associatifs élaborés notamment à partir des témoignages reçus) montrent une recrudescence des faits LGBTphobes en milieu scolaire (élèves et étudiants).

– Une étude d’avril 2020 menée sur les violences intrafamiliales réalisée à partir de l’enquête quantitative « Violences et rapports de genre » (VIRAGE) menée par l’INED (Unité Genre, sexualités, inégalités) avec le soutien du Défenseur des droits examine l’étendue des violences subies pendant l’enfance et la période de jeunesse dans le cadre intrafamilial. Cette synthèse met au jour que ces violences touchent davantage les filles que les garçons, et ensuite que les jeunes bisexuels et homosexuels des deux sexes sont deux à dix fois plus souvent concernés par ces violences que les jeunes hétérosexuels.

– Les violences LGBTphobes à l’école sont multiformes : elles se traduisent encore principalement par des violences physiques, rejet, insultes (prévalence des insultes homophobes, souvent banalisées, demeurent forte), menaces verbales, moqueries, stéréotypes, outing, blagues et bien entendu harcèlement et cyber-harcèlement, qui prennent une place importante et se manifestent dans 54 % des cas rapportés.

La transphobie est très importante chez les jeunes, elle se distingue par une prévalence de rejet et d’agressions physiques pour la quasi-totalité des élèves transgenres.

– Le harcèlement et les violences LGBTphobes sont un obstacle à la réussite scolaire, touchent tous les milieux, mais les dommages sont pires chez des élèves fragiles scolairement ou socialement.

– La crise du Covid-19 a également montré que, en raison du confinement, les jeunes LGBT+ ont été des victimes collatérales, et que pour certains d’entre eux, les violences intrafamiliales et le renfermement sur soi ont augmenté.

Ces discriminations touchent de très nombreux élèves : les jeunes identifiés comme lesbiennes, gays, bis qu’ils le soient ou non ; les jeunes transgenres ou en transition (ne s’identifient pas à leur sexe biologique de naissance. Personne dont le sexe ne correspond pas à l’identité de genre c’est-à-dire au sentiment d’être un homme ou une femme malgré l’assignation à la naissance. L’inverse d’une personne transgenre est une personne cisgenre, une personne dont l’identité de genre correspond au sexe assigné à la naissance.) ; les élèves qui s’écartent des normes de genre (élèves dits non-binaires : ne se sentent pas en accord avec les catégories de genre, binaires « homme/femme » et revendiquent une identité de genre non-binaire, « ni/ni », entre les deux, ou aucun des deux) ; les enfants des familles homoparentales ou ayant un parent homosexuel.

L’Observatoire de prévention et de lutte contre les discriminations anti-LGBT+ du rectorat de l’académie de Paris
Le 5 novembre 2019, a été créé le premier Observatoire académique de prévention et de lutte contre les discriminations anti-LGBT+, co-présidé par le préfet Frédéric Potier, délégué inter-ministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), en présence de nombreux représentants associatifs, de membres de la communauté éducative scolaire, de fédérations de parents et de représentants d’élèves issus du CAVL.

Si l’école s’est largement emparée des problématiques du harcèlement et de l’égalité filles-garçons, il fallait également reconnaître et pointer les spécificités des discriminations anti-LGBT+ : risques de faire une tentative de suicide entre 7 à 13 fois plus élevée chez les jeunes LGBT que les jeunes hétérosexuels, invisibilisation, dissimulation et homophobie intériorisée par peur d’évoquer publiquement son orientation sexuelle ou identité de genre (stigmatisation, honte sociale), ou peur du rejet familial avec parfois l’impossibilité pour certains jeunes de s’appuyer sur leur environnement familial.

La création de l’observatoire manifeste une démarche volontariste de l’académie de Paris dans la lutte contre les discriminations LGBT+ et un signal fort visant à amplifier la mobilisation sur cette catégorie de discriminations, accompagner les élèves, les personnels et les familles et améliorer les réponses de l’institution scolaire et des équipes éducatives, très en demande sur ces questions, l’école restant parfois encore un lieu de souffrance pour les jeunes LGBT+. Les objectifs et axes de travail de l’observatoire sont les suivants : informer, former, prévenir, prendre en charge, impulser et accompagner des actions éducatives à l’échelle de l’académie.

Le séminaire académique : temps fort de la mobilisation contre les LGBTphobies en milieu scolaire
Ce séminaire académique a réuni chercheurs, historiens, sociologues, linguistes, artistes, partenaires associatifs, chefs d’établissement, enseignants et élèves et associé une approche scientifique et pédagogique.

Christophe Kerrero, recteur de l’académie de Paris, recteur de la région académique d’Île-de-France, chancelier des universités de Paris et d’Île-de-France, a introduit la demi-journée.

“Par nature, il n’y a pas de place pour la discrimination dans la République”, a-t-il déclaré. Il a rappelé que parmi les mesures concrètes mises en place dans l’académie de Paris, la nomination d’un référent LGBT+ dans chaque établissement du second degré de l’académie dont le rôle est de réaliser un travail de veille, de signalements et de formation. Un séminaire à destination des chefs d’établissement est par ailleurs en cours d’élaboration. L’objectif : “Inscrire notre action et celle de l’Observatoire dans la durée (pour) que chaque élève se trouve en confiance et pour une nécessaire inclusion de tous les enfants à l’Ecole”.

L’après-midi de réflexion a ensuite été rythmée par différentes interventions et tables rondes :

– Conférence inaugurale de Gabrielle Richard, sociologue du genre et chercheure associée au laboratoire LIRTES de l’Université de Paris-Est Créteil et à la Chaire de recherche sur l’homophobie de l’Université du Québec à Montréal. Elle étudie depuis 2006 les normes liées au genre, à l’expression de genre et à l’orientation sexuelle en milieu scolaire. Elle analyse notamment dans son dernier ouvrage Hétéro, l’école ? plaidoyer pour une éducation antioppressive à la sexualité, la manière dont l’éducation nationale reconduit de différentes manières des normes très strictes relatives au genre, à l’expression de genre et à l’orientation sexuelle, souvent à son insu (notamment via les programmes, les manuels, les pratiques enseignantes dans le cadre d’interactions moins formelles entre maitres et élèves…).

Table ronde 1 : Identifier et conscientiser les violences LGBTphobes dans la société civile et à l’école : des micro-inégalités à la violence symbolique

Souffrance scolaire et agissements LGBTphobes : quelles formes et manifestations ces violences revêtent-elles ? Comment mieux identifier les comportements homophobes et transphobes ? Quels discours et stéréotypes les alimentent ? Quelle pression normative du système scolaire ?

Animation : Camille Regache, journaliste et cheffe d’édition pour le podcast @CamillePodcast sur Binge.

Florence Tamagne, Maîtresse de conférence en histoire à Lille III, spécialiste de l’histoire du genre et des sexualités et de l’histoire comparée de l’homosexualité en Europe. Sa communication a porté sur « l’homophobie en Europe aux XIXe et XXe siècles : stéréotypes de genre, discours stigmatisants et répression. »
Béatrice Fracchiolla, Professeure en sciences du langage à l’université de Lorraine, au CREM. Elle travaille plus particulièrement sur la discrimination de genre dans le discours, les violences verbales et les questions de genre.
Elle est intervenue sur la question des insultes, des injures et du fait de « traiter quelqu’un de » qui est au centre de certains types d’échanges et interactions, en particulier entre jeunes. Parfois, sous couvert d’humour, des propos offensant, blessants circulent. Parfois, le harcèlement s’installe, y compris à l’insu des harceleurs qui peuvent penser, juste, « faire de l’humour ». Elle a expliqué certains des phénomènes et mécanismes du fonctionnement de ces discours d’exclusion – qui sont parfois tenus à l’opposé, dans l’objectif de créer une solidarité. Comment les déjouer ? Comment les remettre en discours pour qu’ils perdent leur caractère discriminant ? Comment, finalement, se défendre des mots des autres, avec ses propres mots, dans la manière de se nommer, ou de désigner autrui ? Comment reconnaître et pointer du doigt, surtout, la dimension offensante ou blessante de certains propos qui prétendent ne pas l’être et qui contribuent à maintenir les discriminations et discours d’exclusion ?
Deux associations de lutte contre les LGBTphobies : Le MAG Jeunes LGBT sur un aperçu général sur la situation des jeunes LGBTQI+ et leur rapport à l’école et OUTrans sur la situation spécifique des élèves transgenres en milieu scolaire.
Entre les deux tables rondes, Benjamin MENEGHINI et Charlotte GUTIERREZ de la compagnie OUT ont joué deux scènes de théâtre-forum destinées à lutter contre les préjugés et les discriminations, mettant en évidence une situation d’oppression, une injustice.

– Table ronde 2 : Agir à l’école contre les LGBTphobies : dispositifs pédagogiques et pratiques éducatives inclusives.
Dispositifs originaux d’expression des élèves (théâtre –forum ou encore la création d’alliances AGIS, projets artistiques…) – Quelle éducation du regard, quelle politique de prévention contre les préjugés et quels dispositifs pédagogiques et actions éducatives à l’échelle de l’établissement ? quelle pédagogie de l’égalité pour faire vivre au quotidien les valeurs de la République ?

Animation : Audrey GELMAN, chargée de mission et José INZAURRALDE IA-IPR, membres du directoire de l’Observatoire de prévention et de lutte contre les discriminations LGBTQI+ du rectorat de l’académie de Paris

Agnès SAAL : est membre du Haut Conseil à l’Egalité, Haute fonctionnaire à l’égalité, à la diversité et à la prévention des discriminations au sein du Ministère de la culture, chargée de mission Diversité-Egalité auprès du Secrétaire général du Ministère de la Culture et a, entre autres actions, piloté la candidature du ministère et des établissements publics aux labels Diversité-Egalité par l’AFNOR. Mme Saal a été directrice générale de la Bibliothèque Nationale de France, Directrice générale du Centre Pompidou, Présidente-directrice générale de l’Institut National de l’Audiovisuel.
Son intervention a porté sur l’éducation au regard pour déconstruire les stéréotypes dans la création artistique.
Célia SAUVAGE, docteure en études cinématographiques, chargée d’enseignement à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Ses recherches se spécialisent dans les approches culturelles dans une perspective intersectionnelle, sur les représentations de genre, race, classe, sexualité. Elle a notamment co-écrit l’ouvrage Les teen movies (Vrin, 2011) qui interroge en partie les représentations de l’hétéronormativité et les identités minorées au sein des productions des « teen movies » (films pour les adolescent.es/sur l’adolescence).
Sa communication intitulée, « Représentations médiatiques et hétéronormativité : A quelle diversité sexuelle les jeunes sont-ils exposé.es aujourd’hui ? Ressources et supports pour la classe », s’est centrée sur l’intérêt pédagogique d’interroger les représentations LGBTQ+ dans les médias (films, séries télévisées, clips, etc.).
Les élèves du groupe AGIS du lycée Colbert (10e) : Julie-Gabrielle Rennuit (élève en première année à Sciences Po Dijon), Emma Roqueplo (Hypokhâgne au Lycée Molière) et Pablo Richalot élève de terminale. La création d’espaces inclusifs pour les jeunes LGBT+ dans les établissements scolaires, clubs d’échanges et de discussion sur les identités de genre et les sexualités. Présentation du groupe et de ses activités.
Les élèves de la section hip-hop du lycée Turgot (3e) : Gaspard Ajolet et Julia Goldman
Projection du clip vidéo « Turgot is voguing, une danse hors-norme » réalisé par Agnès Nabat (Arte) et présentation du projet Voguing mené en partenariat avec l’artiste Vinii REVLON, danseur professionnel et figure emblématique de la « scène voguing française » et la Gaîté Lyrique, institution culturelle parisienne.
Dominique AUVIGNE, membre du COPIL de l’Observatoire et proviseur du Lycée professionnel Erik SATIE (14e), a présenté le dispositif « projection-débat du film Coming out de Denis Parrot, en présence du réalisateur », proposé à tous les établissements parisiens de l’académie.
Jean-Luc KHARITONNOFF, référent établissement « lutte contre les discriminations LGBT+ », Collège GAMBETTA (20e) a présenté les missions du référent établissement.

Le préfet Frédéric POTIER, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT a conclu le séminaire. “L’identité de genre est l’expression d’un droit fondamental, ce n’est pas un caprice. Il ne faut pas ignorer les difficultés que l’on peut rencontrer, la haine ante LGBT se niche dans toutes les classes sociales, sur tous les territoires de la République”, a-t-il rappelé après avoir salué les travaux entrepris par les lycéennes et les lycéens.

Journée académique lutte contre les discriminations LGBT+

Intervention au lycée Colbert, Paris 10ème, pour l’Observatoire de lutte contre les discriminations LGBT+ du Rectorat de Paris

Dans le cadre des actions éducatives lancées par l’Observatoire de lutte contre les discriminations LGBT+ du Rectorat de l’académie de Paris, un atelier pédagogique filmé conduit en classe de terminale par Béatrice Fracchiolla, professeure en sciences du langage à l’université de Lorraine, autour de termes et insultes homophobes et sexistes perçues comme discriminantes, et plus généralement sur les violences verbales, les discours de haine.

Intervention sur les “systèmes discursifs de discrimination” au Lycée Colbert, B Fracchiolla, Extrait de 8 minutes

https://www.ac-paris.fr/serail/jcms/s1_2471843/fr/les-actions-et-engagements-lgbt-au-lycee

“C’est Terrible!”, commentaire d’un extrait du film La belle verte de Coline Serreau, 1996

https://youtu.be/Mjtn_PVyROM

Après avoir défini l’agression au tiers émissaire, dans le cadre d’une modélisation/définition d’actes “types” de violence verbale, cet extrait illustre un autre comportement éthologiquement typique (d’un point de vue tant animal qu’humain), qu’on pourrait nommer “l’agressé agresseur”. C’est un comportement en réalité très standard dont le principe est simple : après avoir commis une faute/erreur d’un point de vue social (ici, il a effleuré le rétroviseur d’un autre conducteur, sans lui faire subir aucun dommage), le commettant s’excuse, avec douceur et gentillesse. Malgré tous ses efforts, qui vont ici de manière extrême jusqu’à la supplication pour se faire pardonner (c’est un film), la victime continue de l’insulter, de plus en plus fort. Inversant les rôles, et sans l’insulter, le personnage joué par Vincent Lindon, se lève et commence à crier plus fort en relativisant le dommage subi au vu des problèmes réels rencontrés par les êtres humains.

Premiers résultats du protocole de recherche COREV

“COREV” : Comprendre la Violence Verbale en réception.

Après des années de recherches et publications sur la violence verbale en production, il était légitime de se poser la question de ce qui se passe lorsque l’on est en état de “réception” face à de la violence verbale. Pourtant, comment faire pour mesurer, récupérer des données de ce genre, qui sont du domaine des états internes?
C’est à partir de ce questionnement, et sans avoir trouvé encore d’études de ce genre concernant la seule réception de la “violence”, tout court, (appel à vous, lecteur.ice.s, si vous en connaissez!) que nous avons imaginé, d’abord avec Christina Schultz-Romain et Isabelle Arnulf, responsable de l’unité des pathologies du sommeil à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, puis avec une équipe plus étendue, un protocole permettant de recueillir des données verbales (à travers des entretiens semi directifs) en même temps que des données neurovégétatives permettant de mesurer l’état émotionnel des personnes exposées à des messages violents.
Ce protocole, validé en septembre 2016 et amendé en 2018 (ajout de 6 sujets suite à des enregsitrements défectueux sur 6 sujets déjà effectués) s’est déroulé sur deux ans, d’avril 2016 à décembre 2018, et nous commençons à pouvoir en publier les premiers résultats, recueillis grâce à la participation de 26 volontaires, que nous avons enregistrés en train de visionner deux vidéos (l’une dite “à message violent” et l’autre dite “à message neutre”) lors de leur séjour de 24h, en service hospitalier, et qui nous ont également remis des carnets de rêves tenus pendant 15 jours. Pour l’instant, les premiers résultats, en analyse de discours, concernent l’expression des émotions (positives et négatives), et seront amplement développés dans une thèse menée par Olinka Solène De Roger sous ma direction, à l’université de Lorraine, CREM EA3476. Mais des analyses croisées ont également été réalisées sur leur fréquence cardiaque, sur la qualité de leur sommeil après avoir vu l’une ou l’autre vidéo avant de s’endormir, et de nombreuses données, en particulier sur la mémorisation et la restitution verbale de ce qui est perçu, restent encore à exploiter.
(Plus d’informations sur le protocole lui-même et les premiers résultats sur http://beatricefracchiolla.com onglet “Recherches”)

A propos du genre, du sexe, des sexes, de la sexualité, de lé diversité, des femmes, de la biologie et de la culture, de la vie en société, l’excellent site :

http://www.matilda.education/app/course/

Les raisons pour lesquelles j’ai signé le Manifeste pour l’écriture inclusive

Professeure en sciences du langage, mes travaux en analyse de discours portent depuis une dizaine d’années sur les questions de violence verbale et de genre. J’ai commencé par aborder ces questions à travers les difficultés rencontrées par la féminisation, la dissymétrie sémantique de connotation qui existe entre le féminin et le masculin de nombreux termes (« courtisan », « courtisane » ; « chien », « chienne »…) mais aussi dans la manière dont les femmes et les hommes prennent la parole et interagissent (notion « d’attaque courtoise »), ce que j’ai mis en évidence dans le débat politique présidentiel d’entre deux tours entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, en 2007. J’ai également travaillé la séquence d’adresse écrite en « Mademoiselle » (versus « madame »), critiquée en français car elle n’existe que pour les femmes et porte sur des éléments qui relèvent en réalité aujourd’hui de la vie intime plutôt que sociale ; puis sur la question des mouvements antagonistes au Mariage pour tous et plus récemment, sur les formes d’adresse à l’égard des femmes mariées ensemble depuis 2013, et aux implications de l’adoption des enfants par la conjointe dans la nomination, dénomination ou renomination des enfants. Je travaille ainsi dans la perspective d’une analyse de discours politique au sens large, dans la mesure où le politique consiste à s’intéresser à des questions de société qui, souvent peu visibles, sont néanmoins porteuses d’une signification loin d’être négligeable. Ma perspective est celle de la performativité des discours et, comme linguiste, je défends l’idée que « nommer » fait exister, intimement et socialement. Mon objectif est de permettre une réflexion en profondeur sur la société – française – et également de montrer en quoi ce que certains pensent n’être que des « détails » linguistiques sont en réalité des révélateurs symboliques d’enjeux de pouvoir et de domination importants à l’égard des femmes et des minorités en général. C’est là la principale raison pour laquelle j’ai signé le manifeste. Dans la continuité de ce que toutes mes recherches et travaux m’ont permis de comprendre et de réfléchir, l’écriture inclusive ne fait pour moi aucun doute sur sa nécessité, et j’encourage mes étudiants à l’utiliser depuis de nombreuses années tout comme l’accord de proximité. Le langage et à chaque époque le reflet de notre société. Napoléon a bien décidé de rendre masculin « une aigle ». Toutes les raisons qui régissent aujourd’hui la norme linguistique écrite du français standard sont en réalité idéologiques. Mais toutes vont dans le sens d’une invisibilisation des femmes qui, elles, ne souhaitent plus l’être. Depuis que je suis devenue professeure, je me bats avec les administrations pour ne pas devoir signer systématiquement des formulaires portant pour unique mention « le Président de la commission », « le directeur de thèse ». Les femmes sont la moitié de l’humanité. Elles font les mêmes métiers, remplissent les mêmes fonctions que les hommes. Il est temps que la langue puisse en attester de toutes les manières. L’invisibilité sociale des femmes est tellement intégrée, que l’on pense aujourd’hui qu’elle est la norme. Or, la norme n’existe pas « en soi ». C’est le partage d’un code commun qui crée une norme. Nous avons le pouvoir de la changer à chaque instant. C’est ce même phénomène concomitant qui, suite au mouvement “♯metoo♯” fait que des femmes autour de moi disent : en fait, suite à cela, j’ai compté; j’ai été agressée sexuellement plusieurs fois, mais je ne me l’étais jamais dit ainsi, parce que j’avais intégré que cela faisait partie de la vie. Lorsque j’ai 49 étudiantes devant moi et un étudiant, je suis choquée d’imaginer devoir dire « les étudiants » ; ce que d’ailleurs je m’efforce de ne pas dire. Le neutre n’existe pas en français. En revanche, je pense que si l’on accepte d’aller au bout de l’écriture inclusive, la langue finira par intégrer de nouvelles formes que l’on pourra alors qualifier de neutralisées ou d’intégrées. Car après tout, il est plutôt agréable de se dire que nous appartenons à la catégorie des « chercheureuses » (chercheur.euse.s).

Béatrice Fracchiolla, Professeure en sciences du langage, université de Lorraine, CREM EA3476

Le Manifeste et la pétition en faveur de l’écriture inclusive, lancées par Eliane Viennot

Voici les dernières nouvelles envoyées par Eliane Viennot sur des événements récents liés à la signature et diffusion de la pétition et du Manifeste parus en octobre, que j’ai signés tous deux dès septembre.
Plusieurs journaux et magazines ont manifesté leur intérêt pour l’adoption de l’accord de proximité:
– Eliane Viennot a été invitée fin décembre par la rédaction de L’Humanité à présenter l’ensemble des procédés de « l’écriture inclusive », et les journalistes ont marqué leur intention d’agir assez rapidement dans ce sens.
– Le Monde a annoncé début janvier ouvrir une phase d’expérimentation de plusieurs de ces mêmes procédés dans certains de ses magazines. Rien n’est très précis, mais cela signifie qu’il y a de la demande parmi les journalistes, et qu’au moins celles et ceux qui veulent vivre au 21e siècle ne se verront pas empêché·es de le faire.

2. Le Manifeste a été traduit en italien et reçu divers commentaires dans ce pays…
d’autant qu’il y a en Italie des actions qui ressemblent à la nôtre, mais menée par des députées. Ci-joints deux mémos de notre collègue Martherita Orsino: état de la question en italie, et proposition de loi
ainsi qu’un article paru dans la presse:
http://www.ilpost.it/2017/11/12/scrittura-inclusiva-grammatica-francia/

3. L’Institut français lance une « consultation citoyenne » sur le français.
https://www.monideepourlefrancais.fr/fr/consultation

4. réédition du livre “Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin! Petite histoire des résistances de la langue française”, paru en 2014,
Il vient de ressortir, toujours chez iXe et au même prix (14€), avec son dernier chapitre (« Les enjeux actuels ») allongé d’une douzaines de pages, pour tenir compte de l’avancée des débats depuis trois ans (Renouer avec les logiques de la langue – Rompre avec l’élitisme imposé à la langue – Rompre avec « l’homme » – Innover tranquillement).

5. La pétition qui compte 32200 signatures accepte toujours les signatures:
https://www.change.org/p/nous-ne-voulons-plus-que-le-masculin-l-emporte-sur-le-f%C3%A9minin

“En avant l’égalité!” sur Radio Guemozot

Emission enregistrée le 23/01/2017 sur Radio Guemozot suite à la conférence curieuse thématique “Slip ou culotte?” donnée à Nancy le 23/11 sur “Compte-rendu par Bérangère Stassin” par Béatrice Fracchiolla

Emission “En avant l’égalité!” – entretien avec Béatrice Fracchiolla, Professeure à l’Université de Lorraine, EA3476, CREM.
Radio Guemozot
Le lien audio pour l’écouter es tun peu plus bas sur la page d’accueil de mon site de chercheuse)
facebook.com/radioguemozot/

confcurieuses_2017_-_culotte_-_programme

Quelques remarques en lisant une thèse… autour des malentendus/malcompris possibles

En sociologie, on parle (toujours? encore?) des rapports “de classe, de genre, de race”.
Je comprends que les habitudes notionnelles aient la vie dures, mais travaillant en sciences du langage (à/sur/à propos de) la clarté de la langue – je voudrais pouvoir dire, “à la transparence”…- ou du moins à sa désopacification, cela me semble ardu d’un point de vue référentiel – c’est-à-dire en 2015 – de comprendre précisément de quoi l’on est en train de parler.
L’occasion d’un travail à nouveau sur l’histoire des mots (et des notions) – un peu comme s’interroger, comme je l’ai entendu dans un amphi d’agrégatifs, pour savoir si Voltaire était ou non antisémite. La question des mots tabous.

Remarque annexe (sociologique et sociale) : en France, note numéro de sécurité sociale (INSEE) commence par un 1 si on est un homme ; un 2 si l’on est une femme. On pourrait songer à passer de 1 et 2 à 0 et 1. Ce serait à nouveau intéressant – et cohérent relativement au monde où nous vivons qui est constitué de nombreuses suites de 1 et 0 (programmation informatique).

Projet Modélisation de la violence verbale

A la MSH Lorraine –

http://www.msh-lorraine.fr/index.php?id=808

Appel à la population scientifique!
nous recherchons des partenaires en dehors des sciences du langage qui nous aideraient en particulier à examiner et éventuellement établir les liens qui peuvent exister entre les manifestations corporelles physiologiques chimiques etc. qui se produisent simultanément et après des échanges verbalement violents, leurs rapports ou non avec ce qui se produit lors de toute manifestation de violence (vue, ou juste vécue) : est ce que ce sont les mêmes zones du cerveau qui se retrouvent activées ou non? etc.
N’hésitez pas à prendre contact si vous avez des idées! merci

Les stéréotypes de genre en images et en mots…

Voici un court-métrage d’Eléonore Pourriat (2010), Majorité opprimée qui permet de mieux comprendre visuellement, et verbalement, ce que sont les stéréotypes de genre, la manière dont ils agissent et stigmatisent, à partir de représentations figées, de comportements récurrents, etc. ce film fait cela très bien et très simplement, en inversant les rôles – sociaux – des hommes et des femmes.