Tous les articles par Béatrice Frachiolla

“C’est Terrible!”, commentaire d’un extrait du film La belle verte de Coline Serreau, 1996

Après avoir défini l’agression au tiers émissaire, dans le cadre d’une modélisation/définition d’actes “types” de violence verbale, cet extrait illustre un autre comportement éthologiquement typique (d’un point de vue tant animal qu’humain), qu’on pourrait nommer “l’agressé agresseur”. C’est un comportement en réalité très standard dont le principe est simple : après avoir commis une faute/erreur d’un point de vue social (ici, il a effleuré le rétroviseur d’un autre conducteur, sans lui faire subir aucun dommage), le commettant s’excuse, avec douceur et gentillesse. Malgré tous ses efforts, qui vont ici de manière extrême jusqu’à la supplication pour se faire pardonner (c’est un film), la victime continue de l’insulter, de plus en plus fort. Inversant les rôles, et sans l’insulter, le personnage joué par Vincent Lindon, se lève et commence à crier plus fort en relativisant le dommage subi au vu des problèmes réels rencontrés par les êtres humains.

Premiers résultats du protocole de recherche COREV

“COREV” : Comprendre la Violence Verbale en réception.

Après des années de recherches et publications sur la violence verbale en production, il était légitime de se poser la question de ce qui se passe lorsque l’on est en état de “réception” face à de la violence verbale. Pourtant, comment faire pour mesurer, récupérer des données de ce genre, qui sont du domaine des états internes?
C’est à partir de ce questionnement, et sans avoir trouvé encore d’études de ce genre concernant la seule réception de la “violence”, tout court, (appel à vous, lecteur.ice.s, si vous en connaissez!) que nous avons imaginé, d’abord avec Christina Schultz-Romain et Isabelle Arnulf, responsable de l’unité des pathologies du sommeil à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, puis avec une équipe plus étendue, un protocole permettant de recueillir des données verbales (à travers des entretiens semi directifs) en même temps que des données neurovégétatives permettant de mesurer l’état émotionnel des personnes exposées à des messages violents.
Ce protocole s’est déroulé sur deux ans, d’avril 2016 à décembre 2018, et nous commençons à pouvoir en publier les premiers résultats, recueillis grâce à la participation de 26 volontaires, que nous avons enregistrés en train de visionner deux vidéos (l’une dite “à message violent” et l’autre dite “à message neutre”) lors de leur séjour de 24h, en service hospitalier, et qui nous ont également remis des carnets de rêves tenus pendant 15 jours. Pour l’instant, les premiers résultats, en analyse de discours, concernent l’expression des émotions (positives et négatives), et seront amplement développés dans une thèse menée par Olinka Solène De Roger sous ma direction, à l’université de Lorraine, CREM EA3476. Mais des analyses croisées ont également été réalisées sur leur fréquence cardiaque, sur la qualité de leur sommeil après avoir vu l’une ou l’autre vidéo avant de s’endormir, et de nombreuses données, en particulier sur la mémorisation et la restitution verbale de ce qui est perçu, restent encore à exploiter.
(Plus d’informations sur le protocole lui-même et les premiers résultats sur http://beatricefracchiolla.com onglet “Recherches”)

A propos du genre, du sexe, des sexes, de la sexualité, de lé diversité, des femmes, de la biologie et de la culture, de la vie en société, l’excellent site :

http://www.matilda.education/app/course/

Les raisons pour lesquelles j’ai signé le Manifeste pour l’écriture inclusive

Professeure en sciences du langage, mes travaux en analyse de discours portent depuis une dizaine d’années sur les questions de violence verbale et de genre. J’ai commencé par aborder ces questions à travers les difficultés rencontrées par la féminisation, la dissymétrie sémantique de connotation qui existe entre le féminin et le masculin de nombreux termes (« courtisan », « courtisane » ; « chien », « chienne »…) mais aussi dans la manière dont les femmes et les hommes prennent la parole et interagissent (notion « d’attaque courtoise »), ce que j’ai mis en évidence dans le débat politique présidentiel d’entre deux tours entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, en 2007. J’ai également travaillé la séquence d’adresse écrite en « Mademoiselle » (versus « madame »), critiquée en français car elle n’existe que pour les femmes et porte sur des éléments qui relèvent en réalité aujourd’hui de la vie intime plutôt que sociale ; puis sur la question des mouvements antagonistes au Mariage pour tous et plus récemment, sur les formes d’adresse à l’égard des femmes mariées ensemble depuis 2013, et aux implications de l’adoption des enfants par la conjointe dans la nomination, dénomination ou renomination des enfants. Je travaille ainsi dans la perspective d’une analyse de discours politique au sens large, dans la mesure où le politique consiste à s’intéresser à des questions de société qui, souvent peu visibles, sont néanmoins porteuses d’une signification loin d’être négligeable. Ma perspective est celle de la performativité des discours et, comme linguiste, je défends l’idée que « nommer » fait exister, intimement et socialement. Mon objectif est de permettre une réflexion en profondeur sur la société – française – et également de montrer en quoi ce que certains pensent n’être que des « détails » linguistiques sont en réalité des révélateurs symboliques d’enjeux de pouvoir et de domination importants à l’égard des femmes et des minorités en général. C’est là la principale raison pour laquelle j’ai signé le manifeste. Dans la continuité de ce que toutes mes recherches et travaux m’ont permis de comprendre et de réfléchir, l’écriture inclusive ne fait pour moi aucun doute sur sa nécessité, et j’encourage mes étudiants à l’utiliser depuis de nombreuses années tout comme l’accord de proximité. Le langage et à chaque époque le reflet de notre société. Napoléon a bien décidé de rendre masculin « une aigle ». Toutes les raisons qui régissent aujourd’hui la norme linguistique écrite du français standard sont en réalité idéologiques. Mais toutes vont dans le sens d’une invisibilisation des femmes qui, elles, ne souhaitent plus l’être. Depuis que je suis devenue professeure, je me bats avec les administrations pour ne pas devoir signer systématiquement des formulaires portant pour unique mention « le Président de la commission », « le directeur de thèse ». Les femmes sont la moitié de l’humanité. Elles font les mêmes métiers, remplissent les mêmes fonctions que les hommes. Il est temps que la langue puisse en attester de toutes les manières. L’invisibilité sociale des femmes est tellement intégrée, que l’on pense aujourd’hui qu’elle est la norme. Or, la norme n’existe pas « en soi ». C’est le partage d’un code commun qui crée une norme. Nous avons le pouvoir de la changer à chaque instant. C’est ce même phénomène concomitant qui, suite au mouvement “♯metoo♯” fait que des femmes autour de moi disent : en fait, suite à cela, j’ai compté; j’ai été agressée sexuellement plusieurs fois, mais je ne me l’étais jamais dit ainsi, parce que j’avais intégré que cela faisait partie de la vie. Lorsque j’ai 49 étudiantes devant moi et un étudiant, je suis choquée d’imaginer devoir dire « les étudiants » ; ce que d’ailleurs je m’efforce de ne pas dire. Le neutre n’existe pas en français. En revanche, je pense que si l’on accepte d’aller au bout de l’écriture inclusive, la langue finira par intégrer de nouvelles formes que l’on pourra alors qualifier de neutralisées ou d’intégrées. Car après tout, il est plutôt agréable de se dire que nous appartenons à la catégorie des « chercheureuses » (chercheur.euse.s).

Béatrice Fracchiolla, Professeure en sciences du langage, université de Lorraine, CREM EA3476

Le Manifeste et la pétition en faveur de l’écriture inclusive, lancées par Eliane Viennot

Voici les dernières nouvelles envoyées par Eliane Viennot sur des événements récents liés à la signature et diffusion de la pétition et du Manifeste parus en octobre, que j’ai signés tous deux dès septembre.
Plusieurs journaux et magazines ont manifesté leur intérêt pour l’adoption de l’accord de proximité:
– Eliane Viennot a été invitée fin décembre par la rédaction de L’Humanité à présenter l’ensemble des procédés de « l’écriture inclusive », et les journalistes ont marqué leur intention d’agir assez rapidement dans ce sens.
– Le Monde a annoncé début janvier ouvrir une phase d’expérimentation de plusieurs de ces mêmes procédés dans certains de ses magazines. Rien n’est très précis, mais cela signifie qu’il y a de la demande parmi les journalistes, et qu’au moins celles et ceux qui veulent vivre au 21e siècle ne se verront pas empêché·es de le faire.

2. Le Manifeste a été traduit en italien et reçu divers commentaires dans ce pays…
d’autant qu’il y a en Italie des actions qui ressemblent à la nôtre, mais menée par des députées. Ci-joints deux mémos de notre collègue Martherita Orsino: état de la question en italie, et proposition de loi
ainsi qu’un article paru dans la presse:

In Francia si discute di grammatica e “scrittura inclusiva”

3. L’Institut français lance une « consultation citoyenne » sur le français.
https://www.monideepourlefrancais.fr/fr/consultation

4. réédition du livre “Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin! Petite histoire des résistances de la langue française”, paru en 2014,
Il vient de ressortir, toujours chez iXe et au même prix (14€), avec son dernier chapitre (« Les enjeux actuels ») allongé d’une douzaines de pages, pour tenir compte de l’avancée des débats depuis trois ans (Renouer avec les logiques de la langue – Rompre avec l’élitisme imposé à la langue – Rompre avec « l’homme » – Innover tranquillement).

5. La pétition qui compte 32200 signatures accepte toujours les signatures:
https://www.change.org/p/nous-ne-voulons-plus-que-le-masculin-l-emporte-sur-le-f%C3%A9minin

“En avant l’égalité!” sur Radio Guemozot

Emission enregistrée le 23/01/2017 sur Radio Guemozot suite à la conférence curieuse thématique “Slip ou culotte?” donnée à Nancy le 23/11 sur “Compte-rendu par Bérangère Stassin” par Béatrice Fracchiolla

Emission “En avant l’égalité!” – entretien avec Béatrice Fracchiolla, Professeure à l’Université de Lorraine, EA3476, CREM.
Radio Guemozot
Le lien audio pour l’écouter es tun peu plus bas sur la page d’accueil de mon site de chercheuse)
facebook.com/radioguemozot/

confcurieuses_2017_-_culotte_-_programme

Quelques remarques en lisant une thèse… autour des malentendus/malcompris possibles

En sociologie, on parle (toujours? encore?) des rapports “de classe, de genre, de race”.
Je comprends que les habitudes notionnelles aient la vie dures, mais travaillant en sciences du langage (à/sur/à propos de) la clarté de la langue – je voudrais pouvoir dire, “à la transparence”…- ou du moins à sa désopacification, cela me semble ardu d’un point de vue référentiel – c’est-à-dire en 2015 – de comprendre précisément de quoi l’on est en train de parler.
L’occasion d’un travail à nouveau sur l’histoire des mots (et des notions) – un peu comme s’interroger, comme je l’ai entendu dans un amphi d’agrégatifs, pour savoir si Voltaire était ou non antisémite. La question des mots tabous.

Remarque annexe (sociologique et sociale) : en France, note numéro de sécurité sociale (INSEE) commence par un 1 si on est un homme ; un 2 si l’on est une femme. On pourrait songer à passer de 1 et 2 à 0 et 1. Ce serait à nouveau intéressant – et cohérent relativement au monde où nous vivons qui est constitué de nombreuses suites de 1 et 0 (programmation informatique).

Projet Modélisation de la violence verbale

A la MSH Lorraine –

http://www.msh-lorraine.fr/index.php?id=808

Appel à la population scientifique!
nous recherchons des partenaires en dehors des sciences du langage qui nous aideraient en particulier à examiner et éventuellement établir les liens qui peuvent exister entre les manifestations corporelles physiologiques chimiques etc. qui se produisent simultanément et après des échanges verbalement violents, leurs rapports ou non avec ce qui se produit lors de toute manifestation de violence (vue, ou juste vécue) : est ce que ce sont les mêmes zones du cerveau qui se retrouvent activées ou non? etc.
N’hésitez pas à prendre contact si vous avez des idées! merci

Les stéréotypes de genre en images et en mots…

Voici un court-métrage d’Eléonore Pourriat (2010), Majorité opprimée qui permet de mieux comprendre visuellement, et verbalement, ce que sont les stéréotypes de genre, la manière dont ils agissent et stigmatisent, à partir de représentations figées, de comportements récurrents, etc. ce film fait cela très bien et très simplement, en inversant les rôles – sociaux – des hommes et des femmes.

Les cafés de l’IEC – annonce table ronde sur la féminisation des noms de métiers le 04/02/14

Café de l’IEC
Café détail
Des mots pour le…la dire

4 février 2014
Café La Baleine, Jardin des Plantes

Avec Claudie Baudino, Politologue
Avec Aurore Evain, Comédienne et dramaturge
Avec Béatrice Fracchiolla, Sciences du langage (Université Paris 8)

Un homme et deux cents femmes ont été faits prisonniers. Le médecin-chef de cette unité est… une femme. Entre un gars et son féminin une garce, cherchez l’erreur de casting…

Comment les femmes combattent-elles le sexisme d’une langue où masculin et neutre conjuguent leurs forces pour les évincer ou les dévaloriser? Quelles avancées récentes? Qui ne s’est réjouie de l’abandon de l’appellation «Mademoiselle», laquelle n’avait pas son équivalent masculin («Damoiseau») dans les formulaires administratifs? Quels enjeux autour de cette question qu’on a appelée abusivement la «féminisation de la langue», puisqu’il ne s’agit que de ré-équilibrer la donne entre les genres?

On se souvient du tollé provoqué par les dernières directives visant à «féminiser les noms de métiers, titres et fonctions», de la réaction hystérique de certains grammairiens et académiciens prompts à s’indigner des prétendues violences faites au beau langage, mais bien peu sensibles à cette autre violence que constitue le fait d’être passée sous silence et condamnée à l’invisibilité, d’être pour ainsi dire «gommée», dans sa propre langue. Songeons également aux «intersexes qui n’ont aucun mot pour se dire dans une langue qui ne connaît que les «ils» et les «elles».

Cette querelle du genre et des genres provoque, en France du moins, un déchaînement de passions sur lequel nous avons souhaité nous interroger, en reprenant ce débat récurrent
– dans sa dimension historique: se souvient-on qu’au XVIIe siècle, on employait architectisse, officière, autrice, autant de termes considérés comme des néologismes barbares par les opposants d’aujourd’hui à la féminisation?
– dans sa dimension linguistique: toutes les langues ne sont pas «genrées», et nous nous demanderons comment la question se pose et se résout dans d’autres langues que le français;
– dans sa dimension politique, en mettant en rapport les évolutions «genrées» de la langue avec les avancées et les reculs du mouvement féministe, et des progrès et des régressions de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Claudie Baudino est politologue.
Spécialiste des controverses linguistiques et des questions de représentation, elle a principalement travaillé sur les rapports entre genre et sexe dans la langue. Sa thèse analyse le débat politique sur la féminisation des noms de métier, elle a été publiée en 2001. Son dernier ouvrage, publié en 2008, est un essai portant sur les rapports entre la langue, la démocratie et l’exercice de la citoyenneté.

Aurore Evain est comédienne, dramaturge, metteuse en scène et historienne du théâtre.
Parallèlement à sa formation de comédienne au Conservatoire des Xe, VIe et XIIIe arr. de Paris auprès de J.-L. Bihoreau et J.-P. Martino, elle a suivi le cursus d’Études théâtrales de la Sorbonne Nouvelle, avec une spécialisation en histoire de l’Ancien Régime. Ses travaux ont plus particulièrement porté sur la question du genre et des rapports femmes-hommes dans les arts du spectacle.

Béatrice Fracchiolla est certifiée et agrégée de Lettres modernes.
Depuis 2006, elle est maître de conférences en Sciences du langage à l’Université de Paris 8, au département de Communication-Français langue étrangère (FLE). Elle y enseigne le FLE et la didactique du FLE en master didactique des langues. Ses recherches la mènent à s’intéresser plus particulièrement à l’analyse des interactions, à l’interculturel et à la compréhension des systèmes de représentations impliqués par les langues elles-mêmes et les différents systèmes de communication.

– Baudino C., Prendre la démocratie aux mots. Pour une réappropriation citoyenne de la langue et de ses usages, L’Harmattan, collection « Questions contemporaines », 2008.
– Baudino C., Politique de la langue et différence sexuelle. La politisation du genre des noms de métier, L’Harmattan, collection “Logiques politiques”, 2001.
– Evain A., L’apparition des actrices professionnelles en Europe, L’Harmattan, 2001.
– Fracchiolla B., L’Origine du langage et des langues, vol. 1 & 2, L’Harmattan, 2013.
– Fracchiolla B. (avec C. Moïse, C. Schultz-Romain, N. Auger), Violences verbales, Presses universitaires de Rennes, collection «Des sociétés», 2013.