La Courtoisie

L’extrait suivant est une trouvaille étrange qui, pourtant, me semble avoir sa place dans la chaîne d’explications que l’on peut chercher à produire pour expliquer pourquoi l’on peut dire parfois, de certaines relations, qu’elles sont glissantes. Et, a fortiori, de certaines conversations. Inutile, donc, de converser ici. Mais il s’agit toujours d’une flèche montrant la direction de la violence verbale – avec un peu de mise en abyme…

***

(Extrait de la revue Emballage. L’art-La pratique-Le perfectionnement de la présentation de tout produit et leur transport, N°1, Janvier 1932, p.32

COURTOISIE

Qu’elle soit superficielle et seulement la manifestation d’une bonne éducation ou qu’elle soit l’expression sincère de la courtoisie qu’un individu doit à un autre individu,

LA COURTOISIE

est le lubrifiant indispensable à la friction inévitable entre humains et rend la vie plus agréable et plus facile.

La courtoisie reflète la pensée, que tous les hommes ont un droit égal de vivre heureux.

Elle est nécessaire dans la vie courante, mais plus encore en affaires où ce lubrifiant doit intervenir dans de multiples points de contact.

La courtoisie réciproque, fait qu’un homme d’affaires rendra à un autre homme d’affaires plus de services que son contrat n’aura prévu.

(NB:En 1932, les femmes d’affaires étaient assez improbables. Le lecture de ce texte eût été encore différente si cela n’avait pas été le cas…)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Béatrice Fracchiolla (9 juillet 2012). La Courtoisie. Carnets de la violence verbale. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8ei


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.