Texte du jour à méditer

“Que nous apprend l’étymologie du mot “violence”? Que ce terme est, dès l’origine, proche d’un autre mot : la force, et plus précisément la force naturelle, brute, la force vitale que les corps déploient. La violence serait la force en action, la force quand elle s’exerce : il n’y a de force que pour autant qu’elle se manifeste dans une action, un mouvement; associée à une contrainte, elle deviendrait violence. Le langage courant, qui tient souvent “force” et “violence” pour synonymes, confirme cette relation. (…) En son sens cosmologique, la violence est conflit et désigne une opposition entre des forces, opposition qui n’est pas seulement destructrice mais peut-être productrice ; elle engendre le mouvement même de la vie, par opposition à l’immobilité d’un principe unique : “le conflit {Polemos} est père de toutes choses, roi de toutes choses”, dit encore Héraclite (fragment 53). Polemos, la guerre, règne sur notre univers où toutes choses s’appellent et s’excluent, se changent sans cesse en leurs contraires.”

Hélène Frappat, La violence, Paris, Flammarion, 2000, p. 15-16


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Béatrice Fracchiolla (7 mars 2012). Texte du jour à méditer. Carnets de la violence verbale. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8ec


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.