La Loi de la jungle selon Jean-Marie Pelt

J’ai repris ce livre que j’ai depuis quelques années sous la main, pour l’interroger avec mes préoccupations propres. Voici le résultat de ma flânerie du jour.

« La politique, c’est la guerre! Tout au moins si l’on en juge par le vocabulaire (…) le processus de l’élection (…) n’a rien de pacifique. Pour y participer, les forces politiques, à l’instar de forces armées, feignent de partir en guerre. Elles « mobilisent » leurs « troupes » – de « militants », s’entend -, si semblables à des militaires dès lors qu’ils s’engagent dans des « batailles » ou des « campagnes » électorales. A l’issue de ces batailles et de ces campagnes, l’adversaire sera vaincu. Personne ne l’en plaindra ni ne s’apitoiera sur son sort. Première cruauté du monde politique : nul jamais ne compatit au sort des victimes! (…)

Une fois élu par des mécanismes qui ne sont pas sans rappeler ceux de la sélection naturelle, chacun retrouve son camp – à la guerre, on dirait son campement… (…) pour qui regarde de l’extérieur le spectacle de la vie publique, l’agressivité s’étale à tout moment : elle en est en quelque sorte l’expression accomplie. Au fameux : voyez comme il s’aiment! » qui qualifiait les premiers chrétiens devrait plutôt se substituer ici un « Voyez comme ils ne s’aiment pas! » Et chacun d’imaginer la haine que sont censés se vouer ces concurrent acharnés qui perpétuellement s’affrontent.

Mais c’est bien mal connaître ce qui se passe en coulisse (ou à la buvette). On voit alors les adversaires de la veille se rencontrer courtoisement, parfois amicalement, même lorsque les sépare la sacro-sainte ligne de démarcation entre majorité et opposition. Des alliances se nouent, des stratégies s’élaborent. Comme dans le petit monde des chimpanzés, l’ennemi d’hier peut devenir l’allié de demain, surtout dans les pays où la ligne de clivage droite/gauche est moins marquée que chez nous. Et l’on comprend alors que l’exercice démocratique de la politique se situe à mi-chemin entre la guerre et le sport: assurément moins meurtrier que la première, mais aussi, hélas bien moins loyal que le second.

Comme dans le sport, chaque équipe a ses partisans, les fameux militants, convaincus de détenir la vérité en plénitude; c’est de leur mobilisation, de leur prosélytisme et de leur zèle que dépendent la victoire! l’enthousiasme des militants : une notion sur laquelle Konrad Lorenz a longuement médité. Dans leur ardeur, il voit physiologiquement comme un grand frisson qui leur parcourt l’échine au moment le plus chaud du combat: jadis, dans des salles enfiévrées et enfumées, aujourd’hui sous d’immenses chapiteaux. Le militant, porté par l’élan collectif, se sent élevé soudain au-dessus des vicissitudes de la vie ordinaire, prêt à tous les sacrifices pour la Cause. Ce frisson sacré apparaît à l’éthologue comme le reliquat d’une réaction végétative préhumaine: « le hérissement de la fourrure que nous avons perdue… » (sic)! C’est le frisson du patriote lorsque le drapeau est hissé et retentit l »hymne national.

Si Marx a remarquablement politisé la nature en transposant dans la société humain la sélection et la lutte pour la vie darwiniennes, Lorenz, à l’inverse, a naturalisé la politique, notant encore : « S’il est normal de risquer sa vie pour son prochain dès lors qu’il est votre meilleur ami (…), en revanche, la situation est toute différente si l’homme pour lequel vous êtes censés risquer votre vie est un contemporain anonyme. » (…) l’évolution créant des groupes sociaux de plus en plus vastes, ce sentiment de parenté s’est réinvesti dans des rites et des normes observés en commun, symboles de l’unité du groupe – un groupe désormais infiniment plus large que la famille ou le cercle des proches. Bref, « par un processus d’authentique conditionnement pavlovien », l’homme est devenu capable de se sacrifier pour des symboles, jusqu’à mettre en péril les siens pour défendre la Cause. Le voici alors conditionné, prêt à partir à la guerre. » (p. 185-187)

Extrait de Jean-Marie Pelt, avec la collaboration de Franck Steffan, La loi de la jungle. L’agressivité chez les plantes, les animaux, les humains. Fayard, 2003.

 

La Courtoisie

L’extrait suivant est une trouvaille étrange qui, pourtant, me semble avoir sa place dans la chaîne d’explications que l’on peut chercher à produire pour expliquer pourquoi l’on peut dire parfois, de certaines relations, qu’elles sont glissantes. Et, a fortiori, de certaines conversations. Inutile, donc, de converser ici. Mais il s’agit toujours d’une flèche montrant la direction de la violence verbale – avec un peu de mise en abyme…

***

(Extrait de la revue Emballage. L’art-La pratique-Le perfectionnement de la présentation de tout produit et leur transport, N°1, Janvier 1932, p.32

COURTOISIE

Qu’elle soit superficielle et seulement la manifestation d’une bonne éducation ou qu’elle soit l’expression sincère de la courtoisie qu’un individu doit à un autre individu,

LA COURTOISIE

est le lubrifiant indispensable à la friction inévitable entre humains et rend la vie plus agréable et plus facile.

La courtoisie reflète la pensée, que tous les hommes ont un droit égal de vivre heureux.

Elle est nécessaire dans la vie courante, mais plus encore en affaires où ce lubrifiant doit intervenir dans de multiples points de contact.

La courtoisie réciproque, fait qu’un homme d’affaires rendra à un autre homme d’affaires plus de services que son contrat n’aura prévu.

(NB:En 1932, les femmes d’affaires étaient assez improbables. Le lecture de ce texte eût été encore différente si cela n’avait pas été le cas…)

Questions d’honneur

Dans L’art de se faire respecter (traduction de Claude Maillard,  éditions Circé, 2004), Schopenhauer décrit l’honneur comme « le représentant de notre valeur dans les pensées d’autrui »(p.13). Pour lui, les actions, le comportement d’un individu tout irréprochables qu’ils puissent être, ne garantissent pas l’intégrité de l’honneur. Car ce que les autres disent de nous, pensent de nous, est en dehors de notre maîtrise et toute réputation peut se trouver salie en un instant par un quelconque détracteur. Cela m’évoque l’émission de Mireille Dumas de ce lundi 14 mai, où le baron Empain affirmait que ce n’était pas ses geôliers qui avaient détruit sa vie, mais les médias en le diffamant et ruinant sa réputation. Mais cela m’évoque aussi Monsieur Strauss-Kahn qui attaque Madame Diallo et lui réclame désormais un million d’euros pour les préjudices professionnels, privés, affectifs, etc. subis.

Et il me semble malgré tout que l’intégrité des actes à laquelle on peut chercher à se tenir doit permettre  du moins à quelqu’un de protéger un peu plus sûrement son honneur qu’en commettant des actes douteux ou facilement contestables. Et, dans le risque public que coure la vie privée de toute personne un peu sur le devant de la scène, jusqu’à quel point peut-on dissocier les actes réalisés de l’honneur à conserver? Ne sommes-nous pas, d’un point de vue éthique et inconditionnel, responsables de nos actes en toutes circonstances – et donc y compris dans les circonstances à venir? Cela sans doute est difficile à imaginer, à projeter, dans l’immédiateté du présent, dont le propre est de nous voir vivre et ressentir plus souvent que penser et anticiper.

Je rejoins ici la violence verbale, car finalement, il est plus aisé de protester, de s’opposer, d’insulter, de salir également l’honneur de quelqu’un que de rechercher une forme de communication apaisée, détendue, hors tension, au mieux non violente. Car cela demande beaucoup plus de temps et beaucoup plus d’efforts. Le sentiment de victoire comme de défaite sont donc beaucoup plus immédiatement satisfaits par la violence verbale. Cependant, sur le long terme, la seule manière de construire une relation, de tisser des liens est de refuser la violence verbale. La relation que l’on a avec les autres est centrale : « L’opinion d’autrui n’a donc de valeur que pour autant qu’elle détermine ou peut déterminer à l’occasion sa façon d’agir envers moi, et n’a donc qu’une valeur relative » (p.14).  La violence verbale, quelle qu’en soit la forme, pousse l’autre à une fermeture relationnelle. Parfois, cela peut prendre la forme d’une entrée en résistance, y compris par le silence. Un dicton prévient ainsi qu' »il faut se méfier de l’eau qui dort ». L’image du volcan fonctionne bien aussi. On ne sait en effet jamais ce qui peut en surgir, ni surtout quand cela peut surgir ni d’.

 

Pourquoi le principe même de campagne électorale est nocif au sens du politique

Les actes de langage tels que définis par Austin dans ses huit conférences, publiées par ses étudiants en 1962 sous le titre How to do things with words, sont en période de campagne électorale de divers ordres : ils relèvent à la fois du constat (ce qui s’est passé, ce que j’ai fait, ce qui a été accompli) et, dans ce sens, de la réalisation – ou non – de promesses antérieures dont on dira qu’elles ont été ou non tenues ; de nouvelles promesses à tenir (je ferai, nous ferons), soumises à la condition même de l’élection, qui donne elle-même pouvoir de (faire, décider).

L’acte de promettre relève donc d’abord d’une étape fondamentale qui vise à gagner la confiance pour accéder au pouvoir de faire. On prétend donc que les mots ne sont pas encore des actes, mais soumis à une condition de réalisation fondamentale qui est l’élection, et donc la confiance accordée, pour pouvoir le devenir. La parole politique et, en particulier, la parole électorale est donc bien performative, dans le sens défini par Austin mais elle l’est en deux temps.

Cette visée (le pouvoir de faire) mobilise tellement les candidats pendant leur campagne, qu’ils semblent oublier le fait que les paroles sont, précisément, des actes en tant que tels qui, dès qu’elles sont prononcées – et entendues – ont pouvoir de changer le monde sous différents aspects en fonction de la réception qui en est faite, de qui les entend et d’où on les entend, etc. Aussi, d’une certaine façon, l’événement même « campagne électorale » est-il un biais par lequel la valeur des paroles énoncées est à la fois amplifiée et oubliée, puisque l’objet de ces paroles n’est pas leur réalisation en tant que telle, mais la réalisation de l’acte « accéder au pouvoir ».

On a pu, on peut et l’on pourra encore se rendre compte de ce biais à travers les nombreuses reprises à cette occasion électorale régulièrement répétée, des promesses non tenues.

La question alors posée est celle de la confiance. Car lorsque je vote pour un candidat, je lui fais confiance, et j’ai confiance dans le fait qu’elle ou il sera capable de faire ce qu’il a dit qu’il allait faire. Mon vote est donc un vote de confiance dans les capacités qu’a ce ou cette-candidate-là, à tenir ses promesses. Malheureusement (dans le sens qu’Austin donne à l’échec d’un acte de langage) peu sont, parmi celles et ceux qui accèdent au pouvoir, les élus soucieux de réaliser toutes leurs promesses. Peut-être y a-t-il des raisons pour cela, puisque ce qui compte dans la campagne, c’est de faire des promesses, et non de les réaliser. Mais pourquoi ne pas imaginer un cahier des charges public, clairement affiché en ligne pendant la campagne, et qui demeure après l’élection, sous forme de liste, un peu comme l’on rédige sa liste de courses, où l’on retrouverait chacune des promesses faite, avec en face le terme ou l’expression « réalisée », « en discussion », « projet de loi en cours de rédaction », « non réalisable parce que… », etc. Bref, un affichage sous forme simplifiée, accessible à tous et chacune, compréhensible, lisible…

Je réfléchis en effet depuis longtemps à ce qui est devenue peu à peu l’une de mes hypothèses principales de travail et de recherche. Il me semble en effet que la question de la crise de confiance à l’égard du politique qui existe, aujourd’hui, en France est à relier à une crise de la performativité de la parole et du discours – en tant que discours politique de promesses, électoral. Il est intéressant qu’à l’occasion de la campagne présidentielle de 2012 soit apparue une émission de télévision dont le titre est Des paroles et des actes : que l’on peut comprendre à la fois sur le plan des paroles prononcées et promises, qui devraient devenir des actes ; mais aussi au sens de : ces paroles prononcées sont des actes, d’engagement. Autrement dit, il y a toujours eu une attente des citoyens (que remplissait, il me semble, très bien De Gaule, ce qui explique peut-être en partie le respect qu’il inspire) à l’égard des politiques afin qu’ils disent ce qu’ils font et fassent ce qu’ils disent. Car sans doute la première chose que les citoyens demandent à leurs femmes et hommes politiques est de ne pas leur mentir, et de s’engager à ne pas le faire.

Dans Le sens des autres, Marc Augé cite Jean Froissart, qui, racontant en 1390 son voyage en Béarn, (la guerre de cent ans a commencé en 1337) explique qu’on préfère ne pas tuer l’adversaire défait, par soucis d’économie : c’est l’espoir de la rançon qui fait épargner la vie. La guerre courtoise repose en effet sur le crédit. Aussi, « La seule déviance intolérable, du même coup, c’est le manquement à la parole donnée. Le roi Jean, dont la rançon avait coûté si cher à la France, revint mourir en Angleterre par respect de la parole qu’avait trahie son fils livré en otage. Le comte d’Artois ne peut pardonner à son beau frère le roi de Navarre de ne pas avoir payé les 50000 francs pour lesquels il s’était porté garant du seigneur d’Albret. Ce qui est contraire aux règles de courtoisie, ce ne sont pas le chantage, la prise d’otage, les rançons et la violence, mais le manquement à la parole donnée, dont le seul respect rend la guerre possible et rentable. » (p. 97)

Ainsi explique Augé, dans ce contexte, il y a 3 types de « déviants » : 1/ ceux qui manquent à leur parole (le fils du roi Jean, le roi de Navarre), 2/ ceux des nobles qui ne remplissent pas leur rôle de protecteurs à l’égard de leurs dépendants ; 3/ les paysans eux-mêmes lorsqu’ils se révoltent (p.97).

Si l’on remplace les nobles de l’époque par les femmes et hommes politiques, et les paysans par les citoyens, on retrouve à peu près le même schéma aujourd’hui…

En cela, la parole dans laquelle on sait que l’on peut avoir confiance est un fondement social depuis longtemps. On le retrouve aussi dans le système chevaleresque des premiers romans ; ou encore dans l’histoire de Jeanne d’Arc…

 


L’agression, Konrad Lorenz, 1963

« [… ] chez tous les animaux le meurtre entre congénères n’est pas empêché par l’effacement d’une pulsion agressive originelle mais parce que sous la pression de la sélection naturelle, des mécanismes inhibiteurs localisés au sein du système nerveux central se sont constitués exactement de la même manière que des organes spécialisés. Je suis convaincu que nous pouvons tirer de l’observation du fonctionnement de ces mécanismes, et surtout de leurs insuffisances et de leurs dérèglements, un certain nombre d’informations intéressantes pour l’homme, qui est plus que tout autre être vivant menace de fratricide généralisé » (Konrad Lorenz, L’agression, 1963, cité par H. Frappat, p. 51 in La violence, Paris, Flammarion, 2000.

 

Parution du DVD « Violence verbale, fulgurances au quotidien »

Parution de Violence verbale, fulgurances au quotidien
Auteure : Claudine Moïse, sociolinguiste, professeure des universités
Réalisateur : Jean-Marc Balois, CRDP académie de Montpellier
Directrice de la publication : Eve Avigo, CRDP académie de Montpellier

Deux DVD de trois heures chacun. 

Carnets de la violence verbale

L’objet scientifique du carnet est d’apporter une contribution régulière pour comprendre, analyser, la violence verbale sous toutes ses formes et sous tous ses aspects. De réaliser une « veille » afin de relever des éléments de corpus ordinaire, médiatiques, institutionnels (relevés par les chercheurs), et d’apporter sur ces éléments un éclairage expliquant pourquoi et comment ils sont verbalement violents et font violence, de manière immédiate et explicite, ou implicite et symbolique. Les objectifs sont tant théoriques que pragmatiques.