Autour et à propos du sexisme et du genre : la féminisation francophone des noms de métiers

Je m’intéresse depuis plusieurs années à la féminisation des noms de métiers en français (et en francophonie) et j’ai écrit plusieurs articles sur le sujet (que l’on peut trouver sur mon site de recherche). Ma position de chercheuse est celle de reconnaître la nécessaire adéquation entre les mots qui nomment une réalité et la réalité qu’ils nomment. Le fait de nommer, permet également de donner une existence et, en ce sens, l’acte de nommer est performatif. Dans cette perspective, la généralisation de la féminisation des noms de métiers, titres et grades, est un phénomène et processus normal (pour ne pas dire « naturel » au sens où l’évolution est un phénomène naturel) qui relève normalement de l’usage et non du législateur. Cependant, l’existence de règles – en particulier celles qui concernent la formation des mots et de leurs dérivés – peuvent parfois guider et donc aider les usagers. C’est ici le sens de tous les « guides » qui ont été réalisés et proposés par les différents organismes de gouvernance. L’usage restant le seul à faire loi.
Par ailleurs, c’est bien parce que l’acte de nommer est un acte de reconnaissance performatif – c’est ainsi que l’on « reconnait » ses enfants, en les nommant – qu’il est important que la féminisation soit normalisée, désamorcée de toute idéologie et simplifiée pour en diversifier et répandre l’usage.
Enfin, au niveau discursif, pour qu’un discours soit clairement compris, il nécessite que le référent – l’être dont on parle dans la réalité – soit également clairement identifié. Les critères esthétiques ne me semblent avoir aucune place dans ce type de débat (pas plus que de savoir, par exemple, si l’on trouve « Jean-Pierre » ou « Valérie » plus ou moins joliEs que « Victor » ou « Jeanne-Marie ») : on ne peut en effet mettre tout le monde d’accord selon ce type de critères, et l’on se condamne au dissensus en cherchant à invoquer un critère esthétique. En ce sens, la créativité doit rester libre, et je me réjouis pour l’heure de pouvoir nommer les pompières et les plombières qui ont choisi respectivement ces deux métiers. L’acte de nommer est ici une autre forme de rediscursivisation (voir billet précédent, Mills, 2008).
NB: La France, et donc le français, vient de « franc » – qui signifie peuple libre : le français est donc la langue du pays des hommes et des femmes libres (de nommer et se nommer aussi?)

Par ailleurs, pour rejoindre la thématique éducative, qui est à l’origine de cet ensemble de billets, il me semble que l’éducation à l’égalité des filles et des garçons, des femmes et des hommes, doit aussi passer par cet(te) apprentissage/reconnaissance d’un lexique non sexiste pour permettre une rediscursivisation et une transformation des représentations. Il serait incohérent de faire une telle campagne et d’avoir parallèlement un discours (dans les classes) laissant entendre, par exemple, qu’on ne pourrait pas dire « une chirurgienne ».

Voici ci-après quelques liens qui permettent de se familiariser avec les textes « officiels » et les possibilités réelles (très larges, en réalité, et où la créativité a toute sa place)

°Au féminin, guide de féminisation des titres de fonctions et des textes, Guide de l’Office de la langue française, Les publications du Québec, 1991, 35 pages.

° Le Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre du Service de la langue française : page d’accueil « Mettre au féminin »

° Femme, j’écris ton nom… : guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions
Auteur(s) : BECQUER Annie, CERQUIGLINI Bernard, CHOLEWKA Nicole
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (France); INSTITUT NATIONAL DE LA LANGUE FRANCAISE (France)
Editeur : La Documentation française
Date de remise : Décembre 1999, 124 pages

° Pour la Suisse, on pourra se reporter aux travaux de Daniel Elmiger

° La Délégation générale à la langue française et aux langues de France avait rédigé un Rapport sur la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre en octobre 1998 (donc un an avant la publication du guide français Femmes, j’écris ton nom…)

° Langue et cité. Féminin, masculin : la langue et le genre, n°24, octobre 2013, n°24 octobre 2013.
Ce nouveau numéro du Bulletin de l’observatoire des pratiques linguistiques aborde différents sujets relatifs à la féminisation : la question du masculin et du féminin en langue, les pratiques graphiques du genre, les transgenres, l’homoparentalité, le pronom neutre, Mademoiselle… (articles de Michel Arrivée, Anne Dister et Marie-Louise Moreau, Julie Abou, Luca Greco, Karl Erland Gadelii et Isabelle Hylén, Daniel Elmiger,