L’agression, Konrad Lorenz, 1963

« [… ] chez tous les animaux le meurtre entre congénères n’est pas empêché par l’effacement d’une pulsion agressive originelle mais parce que sous la pression de la sélection naturelle, des mécanismes inhibiteurs localisés au sein du système nerveux central se sont constitués exactement de la même manière que des organes spécialisés. Je suis convaincu que nous pouvons tirer de l’observation du fonctionnement de ces mécanismes, et surtout de leurs insuffisances et de leurs dérèglements, un certain nombre d’informations intéressantes pour l’homme, qui est plus que tout autre être vivant menace de fratricide généralisé » (Konrad Lorenz, L’agression, 1963, cité par H. Frappat, p. 51 in La violence, Paris, Flammarion, 2000.