Autour et à propos du sexisme et du genre : la question de l’éducation (annonces)

Atelier « Genre et Médias »
avec Doriane Montmasson (Paris 5 – CERLIS),
« Les stéréotypes de genre transmis par la littérature de jeunesse à l’épreuve de l’interprétation des enfants ».
Le jeudi 14 novembre, 18h-20h à la MIE (maison des initiatives étudiantes)
50, rue des tournelles – 75003 Paris.
Ouvert à toutes et tous

Résumé :
Accusée par quelques sociologues de « véhicule[r] des rapports sociaux de sexe inégalitaires » (Brugeilles, Cromer, Cromer, 2002), la littérature de jeunesse a été pointée du doigt comme transmettant aux enfants des représentations stéréotypées du masculin et du féminin. Si le contenu des livres destinés aux jeunes lecteurs a de la sorte fait l’objet d’investigations sociologiques, la réception des normativités contenues dans les albums n’a pour sa part que peu suscité l’intérêt des chercheurs. Relevant d’un processus a priori non mécanique, la transmission de « valeurs » par la littérature se doit pourtant d’être comprise à la lumière de l’exégèse de ses lecteurs. Les enfants sont-ils amenés à (ré)interpréter les informations leur étant délivrées par les albums ? Petites filles et petits garçons mettent-ils en œuvre une lecture « interprétative » des ouvrages leur étant destinés ? C’est ainsi à la façon dont les enfants s’ « approprient » les normativités – liées au genre – contenues dans les livres leur étant adressés que nous nous intéresserons ici.

Prochaines séances :

Jeudi 12 décembre, 18h-20h
Sylvain Rimbault, « Genres & Costumes : des super héros sur leur 31 »

Pour plus d’informations : genreetmedias.efigies@gmail.com
Mélanie Lallet, Isabelle Matamoros, Mary-Sherley Valzema

(annonce diffusée via la liste de diffusion efigies)
———————-

Goûter-philo pour enfants et adultes autour de l’album « On n’est pas des poupées. Mon premier manifeste féministe » animé par DELPHINE BEAUVOIS, co-auteure
Samedi 16 novembre 2013, à 16h à la Librairie Violette and CO, 102 rue de Charonne, 75011 Paris.

« Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes… un premier manifeste féministe destiné aux enfants à partir de 4 ans.
Pour la première fois, un album jeunesse s’attaque de manière très frontale aux stéréotypes de genre, sans périphrases ni métaphores, mais avec toute la fantaisie et la poésie apportées par les magnifiques illustrations de Claire Cantais, mêlant dessins, photos et découpage.
À l’arrivée pas de clichés, des clins d’œil au mouvement féministe qui feront sourire les adultes, et des héroïnes malicieuses qui, au fil des pages, permettent de déconstruire et de dénaturaliser les injonctions faites aux filles dès le plus jeune âge.

Delphine Beauvois est enseignante et militante féministe.

Claire Cantais est illustratrice et photographe. Son univers graphique mêle dessin, photo et découpage.

On n’est pas des poupées est édité par La ville brûle »

(citation du site http://www.violetteandco.com)

Autour et à propos du sexisme et du genre 2 : la question de l’éducation (a)

Le projet pour l’égalité des filles et des garçons de l’école maternelle au baccalauréat est intéressant, mais il ne permet pas de couvrir le secteur de la petite enfance (0 à 3 ans), qui est pourtant une période très importante également pour la mise en place des stéréotypes de genre – en réalité, dès la naissance. Ce à quoi il s’attèle est donc nécessairement, déjà, une déconstruction des discours, une remédiation. C’est donc peut-être dans les maternités qu’il faudrait, déjà, s’adresser aux parents pour leur faire prendre conscience de l’existence de ces représentations, qui sont tellement ancrées qu’elles en perdent toute visibilité et lisibilité? A voir.

En attendant, voici quelques ressources glanées sur le net :

2013, l’année de mobilisation pour « l’égalité entre les filles et les garçons à l’école »

A l’école maternelle :

– Brochure Filles et garçons à l’école maternelle Reconnaître la différence pour faire l’égalité

 » Cette brochure a été réalisée suite à la recherche-action « Le genre à l’école maternelle : développement d’un outil pour l’enseignement maternel », menée par l’asbl Genderatwork de décembre 2008 à octobre 2009, dans le cadre de l’appel à projets « Encourager la recherche de genre portant sur les inégalités entre les filles et les garçons dans l’enseignement de la Communauté Française de Belgique » lancé par la Direction de l’Egalité des Chances du Ministère de la Communauté Française de Belgique.
Cette brochure est le résultat d’enquêtes menées auprès de six écoles maternelles de la Communauté Française de Belgique du réseau officiel et du réseau libre ; trois écoles de la Région Bruxelles-Capitale : l’école maternelle de la Clé, l’école maternelle communale n° 2 de Schaerbeek, l’école maternelle des Pagodes et trois écoles de Liège et de ses environs : l’école maternelle libre Saint-Paul, l’école maternelle fondamentale Bressoux- de Gaulle et l’école maternelle Notre-Dame de Lourdes. Les entretiens ont impliqué une quarantaine d’enseignant-e-s et six directrices. » (page 3 sur 38)

Pour les enfants :

La poupée de Timothée et le camion de Lison, par Véronique Ducret et Véronique Le Roy, Le 2e Observatoire, avril 2012
« Le deuxième Observatoire est un institut de recherche et de formation sur les rapports de genre, qui a été créé en Suisse romande en 1998. Il a pour objectif de promouvoir l’analyse des rapports sociaux de sexe. Il offre des outils, tels que la recherche, la forma- tion et le conseil, mis au service des organismes soucieux de faire avancer l’égalité entre les femmes et les hommes. Au bénéfice d’une solide expérience, l’équipe du deuxième Observatoire privilégie une approche pluridisciplinaire et regroupe des professionnelles reconnues comme expertes par le Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes. Le guide est en ligne sur www.2e-observatoire.com »

– Texte : Sexisme dans la littérature enfantine : quels effets pour le développement des enfants ?Synthèse des recherches examinant les représentations du masculin et du féminin véhiculées dans la littérature et la presse enfantines de publication récente, par Anne Dafflon Novelle, Université de Genève. (5 pages)

Pour jeunes adolescents :

– La bande-dessinée  Agir contre les stéréotypes pour favoriser la mixité et l’égalité professionnelle femme / homme éditée par la préfecture de la Haute-Saône est « un guide pour lever les stéréotypes et les préjugés relatifs à la mixité et l’égalité professionnelle »

– La Bande dessinée Princesses et Chevaliers pour l’égalité réalisée par la ville de Reims.

Métiers d’hommes, métiers de femmes, halte aux préjugés!

Histoire:

Féminisme et éducation (XIXe-début XXe s.). Choix de textes sélectionnés par Denise Karnaouch sur: l’éducation et instruction des filles, les premiers jardins d’enfants, les premières femmes étudiantes en médecine, la coéducation, l’accès à l’enseignement supérieur, etc. sur le site des archives féministes.

L’institut Emilie du Châtelet, met en ligne les vidéos de ses conférences et de nombreux autres supports sur l’histoire des femmes et du féminisme.

Livres pour enfants

– le site http://www.lab-elle.org qui a sélectionné « 300 albums sans stéréotypes de genre et des personnages associés à une large variété d’activités, de rôles, d’émotions et des sentiments inhabituels » entre 2006 et 2010, « afin de promouvoir la construction de l’égalité entre les filles et les garçons. Ces modèles, bousculant les repères usuels, permettent aux enfants de construire leur personnalité, d’imaginer leur futur sans se sentir cloisonnés par des codes sexués. »

– Sur le site « Adéquations« , des albums (et outils éducatifs) non sexistes. Le livret pour une éducation non sexiste est en téléchargement :
– Adéquations :Contenu du livret de littérature de jeunesse non sexiste.pdf
Couverture Livret

La marre aux mots

Liste de livres traitant de la diversité des familles (source : http://www.apgl.fr/apgl-asso/item/104-ouvrages-enfants)

Autour et à propos du sexisme et du genre 1 : état des lieux à travers les rapports gouvernementaux

Une série de rapports gouvernementaux rendus ces dernières années permettent de se faire une idée des représentations liées aux femmes et aux hommes dans notre société, et de la manière dont ces représentations circulent à travers les discours. La transmission de ces discours plus ou moins consciente et calculée, via les médias, les publicités, les commerçants (jouets, livres pour enfants en particulier) et d’une génération à l’autre contribue à entretenir les inégalités entre les hommes et les femmes et le sexisme, qui concerne aussi bien les femmes que les hommes.
Ces discours circulants contribuent ainsi à alimenter la violence à l’égard de toutes celles et ceux qui s’éloignent de rôles prédéfinis antérieurement au sein de sociétés qui fonctionnaient selon un certain type de schémas, de structures, lesquels ne correspondent plus au monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Je pense, par exemple, qu’il est important de se battre, dès la naissance, contre l’assignation clôturante des couleurs, afin que toutes les couleurs puissent appartenir à tous les enfants et que l’on puisse sortir d’un conditionnement devenu extrême.

Quelques exemples:

1/
Un enfant de trois ans rentre de l’école et annonce « le rose c’est pour les filles, le bleu pour les garçons! c’est X qui l’a dit » . Proposition de « rediscursivisation » (Mills, S., 2008, Language and Sexism, Cambridge, Cambridge University Press, p. 8) (ma traduction) : « Non, le rose et le bleu sont pour les filles et les garçons, tu as le droit d’être une fille et d’aimer le bleu, et d’être un garçon et d’aimer le rose : toutes les couleurs sont pour tout le monde »

Moyens de remédier à cette distributivité abusive des couleurs : proposer des objets ou des tenues vestimentaires associant le bleu ET le rose, ensemble. Et bien sûr, des objets et vêtements d’autres couleurs. (Exemple: vu dans le catalogue de Noël Oxybul 2013 : un réveil bleu, avec un petit garçon qui dort la nuit et qui joue au foot la journée ; équivalent : réveil rose, avec une petite fille qui dort la nuit et qui fait de la trottinette la journée. Proposition : le même en rose ET bleu, avec en alternance la petite fille qui joue au foot, ou qui fait de la trottinette, et le garçon de même. Ou bien avec le frère et la soeur qui jouent ensemble, ou qui lisent, sur le même réveil). Un autre réveil (unisex?) est proposé, dans les tons verts et rouge, avec un coucou.

2/
Une employée municipale à une mère de 3 garçons : « ah la la, 3 garçons! alors vous allez avoir le petit pirate, le petit pompier et le petit justicier à la maison! ».
Proposition de « rediscursivisation » : « Il y a beaucoup d’autres déguisements possibles, vous savez : animaux, clown, jardinier, médecin, coiffeur… »

C’est dans cette perspective de compréhension et de remédiation que se trouvent rassemblés ci-après les liens vers les rapports gouvernementaux récents de lutte contre le sexisme, l’homophobie, et pour l’égalité de sexe dès l’école.

Le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes
Par ailleurs, il existe également une instance nommée « Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes »
On y trouveras en particulier un certain nombre de rapports (dont certains sont indiqués ci-dessous, mais pas tous) :
http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/stereotypes-et-roles-sociaux/rapports-institutionnels-6/

Ainsi qu’un dossier et une bibliographie assez conséquente (bien que partielle, comme toute bibliographie) sur les stéréotypes de genre
Le site propose d’autres dossiers accompagnés chaque fois d’une bibliographie sur la parité, les violence de genre, la santé les droits sexuels et reproductifs, et les enjeux européens et internationaux.

Petit historique des rapports récents disponibles :

En décembre 2011, Michèle REISER et Brigitte GRESY avaient rendu un Rapport de la Commission sur l’image des femmes dans les médias de 196 pages, édité par le Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Le 8 mars 2012, comme chaque année, a été publié le rapport :
« Filles et garçons, sur le chemin de l’égalité : de l’école à l’enseignement supérieur »

Juillet 2013

Le rapport « Égalité femmes-hommes dans les territoires » a été remis par Vincent Feltesse député de la Gironde et Président de la communauté Urbaine de Bordeaux le mardi 02/07/2013 à Najat Vallaud-Belkacem
Lien vers la page donnant accès au Rapport « Égalité femmes-hommes dans les territoires »

Un autre rapport de 82 pages a été remis par Michel Teychenné sur les discriminations homophobes à l’École au ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon le 11/07/2013.
Lien vers la page donnant accès au Rapport de Michel Teychenné sur les discriminations homophobes à l’École

Actuellement, le programme gouvernemental pour l’égalité des filles et des garçons de la maternelle au baccalauréat mis en place dans dix académies explique :
(citation extraite de la page d’accueil du site http://www.education.gouv.fr/cid4006/egalite-des-filles-et-des-garcons.html, consulté ce-jour)

Je cite:

———————————————————————————————————————
L’outil : une convention interministérielle

Depuis 2000, deux conventions interministérielles pour l’égalité entre les filles et les garçons et les femmes et les hommes dans le système éducatif, ont mis en œuvre une politique d’égalité commune à plusieurs ministères.

La nouvelle convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif (2013-2018) traduit la conviction selon laquelle la réussite de tous les élèves est liée à la manière dont l’École porte le message de l’égalité, l’incarne et en assure l’effectivité.

Destinée à ancrer l’égalité entre les filles et les garçons dans les pratiques des acteurs de l’école, cette convention ouvre trois chantiers prioritaires :

la transmission des valeurs d’égalité entre les filles et les garçons
le renforcement de l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes
l’engagement pour une mixité plus forte des filières de formation et à tous les niveaux d’étude
L’année 2013-2014 verra ces trois chantiers se concrétiser, dans les académies, sous la forme d’activités pédagogiques et éducatives spécifiques. Les objectifs de la convention s’incarneront dans les projets d’école ou d’établissement, en articulation étroite avec les comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté et les instances de la vie lycéenne pour l’enseignement secondaire.

Le réseau des chargés de mission académiques « égalité filles-garçons » assure la coordination et le suivi des actions menées dans les écoles et les établissements scolaires. Les manifestations et actions les plus remarquables seront labellisées et valorisées à l’échelon national.

L’ABCD de l’égalité : une expérimentation en direction des plus jeunes élèves et de leurs enseignants

Le programme « ABCD de l’égalité » a un double objectif :

aider les enseignants de primaire à prendre conscience de la force des préjugés et stéréotypes sexistes, y compris dans leurs propres attitudes implicites, savoir repérer et analyser des situations scolaires productrices d’inégalités entre les filles et les garçons et en tenir compte dans leurs pratiques pédagogiques
sensibiliser les élèves à l’égalité entre filles et garçons et expliquer aux enseignants comment les stéréotypes se construisent chez les enfants, afin de permettre l’orientation et la réussite scolaire de tous les élèves dans les différentes filières
En pratique, l’ABCD de l’égalité consiste en un ensemble d’outils pédagogiques destinés aux enseignants. Il s’agit notamment de :

fiches illustrées, rattachées à différentes matières du programme de primaire (littérature pour la jeunesse, histoire des arts, etc.), utilisables dans le cadre d’une séquence d’enseignement, grilles d’observation des relations entre les élèves dans la classe et dans la cour de récréation
L’expérimentation, lancée dans dix académies – Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Corse, Guadeloupe, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Rouen, Toulouse – est menée en deux temps :

formation des personnels d’encadrement – inspecteurs de l’éducation nationale et conseillers pédagogiques de circonscription – et des professeurs, de septembre à novembre 2013
mise en œuvre dans les 275 écoles élémentaires et maternelles et près de 700 classes participantes, de novembre 2013 à février 2014

L’éducation à l’égalité à l’école

C’est à l’école, et dès le plus jeune âge, que s’apprend l’égalité entre les sexes. L’apprentissage de l’égalité entre les garçons et les filles est une condition nécessaire pour que, progressivement, les stéréotypes s’estompent et d’autres modèles de comportement se construisent. Basée sur le respect de l’autre sexe, cette éducation à l’égalité implique aussi la prévention des comportements et violences sexistes.

Dans le cadre des Comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), les établissements développent des actions de sensibilisation et de formation pour apprendre le respect de l’autre. Le socle commun de connaissances et de compétences identifie précisément le respect de l’autre sexe et le refus des stéréotypes parmi les compétences sociales et civiques que tout élève doit acquérir. Les établissements sont incités à inscrire cette préoccupation dans leur règlement intérieur.

Socle commun des connaissances et des compétences

Le cadre législatif
« Les écoles, les collèges, les lycées (…) contribuent à favoriser la mixité et l’égalité entre les hommes et les femmes, notamment en matière d’orientation. Ils assurent une formation à la connaissance et au respect des droits de la personne ainsi qu’à la compréhension des situations concrètes qui y portent atteinte ».

Cet article 121-1 du code de l’éducation reprend l’article 5 de la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’École du 23 avril 2005.

(fin de citation)

———————————————————————————————————————

On trouve via ce site également un accès direct à la brochure :
«Comportements sexistes et violences sexuelles : prévenir, repérer, agir»

Et au rapport « Filles et garçons, sur le chemin de l’égalité : de l’école à l’enseignement supérieur » 2013


Enfin, le Projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes (DFEX1313602L) présenté par Najat Vallaud-Belkacem est actuellement en lecture au Sénat : http://www.senat.fr/dossier-legislatif/pjl12-717.html

http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2013/09/18/loi-egalite-femmes-hommes-toutes-les-mesures-adoptees-au-senat-en-premiere-lecture/

Autour et à propos du sexisme et du genre : notions de lutte et de remédiation – Introduction

La chasse aux sorcières n’est pas terminée, puisque le mot « genre », pris comme bouc émissaire, alimente le bûcher des a priori. Finalement, puisqu’on ne peut plus, décemment, brûler, les « sorcières » (lire « les femmes »), brûlons les mots?
Bref, les discours circulants me pousse à m’intéresser de plus près 1/ au sexisme 2/ aux moyens d’y remédier (ce qui est pour moi lié au sens que je donne à « faire de la recherche » d’un point de vue méthodologique général, c’est-à-dire pour apporter des solutions à des problèmes qui se posent dans la société). Dans cette perspective, j’entreprends de poster les documents, liens, références, glanés depuis quelque temps, pour constituer un recueil de matériaux de recherches à usage général. Je pense aux chercheurEs mais aussi aux éducatrices/teurs, enseignantEs et directrices/teurs d’école et à toute personne qui se poserait des questions « autour et à propos » de la transmission du sexisme et du genre.

Avec l’autorisation de l’éditeur, voici un premier lien vers un livre en ligne :
Non c’est non. de Irene ZEILINGER – 15 euros en librairie
9782355220029

Éditions Zones
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
9, bis rue Abel-Hovelacque 75013 Paris
Tél. : 01 44 08 84 01 – Fax : 01 44 08 84 17
e-mail : ladecouverte@editionsladecouverte.com
www.editionsladecouverte.fr

A propos des dessins animés sexistes

A l’heure du grand programme gouvernemental pour lutter contre le sexisme sous toutes ses formes à l’école, la tentative pour montrer du doigt le sexisme dans les dessins animés (qui est sans aucun doute à systématiser en véritable démonstration) est éloquente. Elle serait d’ailleurs aussi à multiplier au niveau des magazines pour enfants, dès la naissance, comme des livres pour enfants. Les livres non sexistes (à l’égard des femmes, comme des hommes, demeurant l’exception). Pour celles et ceux qui sont intéressés par la violence (verbale et représentative) concernant le genre, un dessin animé circule intitulé « les blondes » entièrement conçu sur une forme de sexisme caractérisé à l’égard des femmes. On en trouve des épisodes sur youtube, fléchés « dessin animé pour enfants ». Mais on en trouve aussi des épisodes « offerts » (et non signalés) en première partie de DVD effectivement pour les enfants. On peut s’interroger sur ces pratiques (et interroger les producteurs sur l’idéologie qu’ils cherchent à véhiculer?) : que comprendre en effet sinon une volonté marquée de conditionner les enfants à être sexistes dès leur plus jeune âge?

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Annonce de Publication

Vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes (juin 2013), l’ouvrage :

1369664995

Béatrice Fracchiolla, Claudine Moïse, Christina Romain et Nathalie Auger (dir.)

Domaines : Éducation, Sociologie
Collection : Des sociétés
Format : 15,5 x 24 cm / Nombre de pages : 170 p. / ISBN : 978-2-7535-2672-3 / Disponibilité : en librairie / Prix : 15,00 €

Table des matières
Introduction (texte intégral)
Liste des auteurs
4ème de couverture

Corpus autour du Mariage pour tous

Echange houleux autour du triangle rose


Triangle rose: échanges houleux à l'Assemblée… par yaggvideo

Le débat parlementaire est un lieu où la circulation de la parole se réalise de manière ritualisée. Pourtant, de nombreuses infractions aux règles apparaissent ; mais l’on s’aperçoit que par une certaine forme de mise en abyme, même ces infractions suivent certaines règles, autres. On pourrait dire qu’il s’y produit une ritualisation de l’opposition polémique. Polémiques et souvent passionnés, les débats autour du mariage pour tous ont permis de mettre en évidence certains de ces traits de fonctionnement, du fait même du renforcement des positions de chacun. Un véritable terrain pour l’analyse de certains mécanismes de violence verbale, que je me propose de poster au fil du temps, et de commenter.

Corpus à moudre

Exemple de violence verbale fulgurante: Christophe Hondelatte s’adresse au chanteur Dave (émission « 17ème ascenseur » de Laurent Baffie du 24 novembre 2012)

Extrait du parisien en ligne (lien ci-dessous):

« A bout de nerfs, une fois de plus. Le journaliste Christophe Hondelatte a encore «pété les plombs», devant les caméras de télévision. Cette fois, c’est le chanteur Dave qui en a fait les frais. Sur le plateau de « 17 ème sans ascenseur » diffusée sur ParisPremière et présenté par Laurent Baffie, le journaliste n’a pu retenir un flot d’injures.

Au début tout va bien…jusqu’à la chute. 

L’émission se lance avec Marcel Campion, le gérant de la foire du trône, qui met l’ambiance en jouant un morceau de jazz manouche à la guitare. Hondelatte s’éclate. On le voit faire des grimaces et chanter très fort. Autour de la table, la chanteuse Olivia Ruiz, Adamo et Cali tapent volontiers dans les mains tout en surveillant en coin Hondelatte. Soudain, dès que la musique s’arrête, l’ancien présentateur de «Faites entrer l’accusé» éructe contre son voisin. « Le mépris de Dave pour les musiciens qu’il appelle amateurs est absolument insupportable ! » s’enflamme-t-il. «Il a beau être une gloire nationale, je lui chie à la gueule. Tu ne respectes pas les musiciens ! »

Impassible alors qu’ils sont côte à côte, Dave rit, applaudit. « Aaaaah enfin, un moment de télévision », ironise le Hollandais. «Ce n’est pas un coup de télévision, j’en ai rien à branler des caméras ! Tu es nul, tu es misérable, tu ne respectes pas le musicien qui est en face de toi», lui rétorque Christophe Hondelatte, qui s’enflamme de plus en plus. « Ce mec qui joue de la musique est peut-être meilleur musicien que toi. Tu es juste un produit du show bizz ! MERDE, MERDE et MERDE ! Quand un musicien joue on l’écoute. Tu n’as pas écouté une minute. Tu bavasses à côté comme une starlette du show-bizz ! »

Alors qu’Hondelatte n’arrive pas à se calmer et continue à hurler, Dave fait une pirouette. Avec sa voix haut perché qui a fait son succès, il entame «Stop in the name of love … before you break my love » (Arrête au nom de l’amour… avant de me briser le coeur, ndlr), une célèbre chanson de Diana Ross. »

Un lien direct pour accéder à la vidéo et texte extrait du site leparisien ci-après  :

http://www.leparisien.fr/laparisienne/actu-people/videos-clash-hondelatte-a-dave-tu-es-nul-tu-es-miserable-26-11-2012-2356759.php

—-

Commentaires:

Ce qui est intéressant dans cet extrait, c’est qu’il permet de saisir ce qui est très difficile à saisir lorsque l’on est chercheur de terrain. Les moments de violence verbale fulgurante au quotidien sont en effet difficilement enregistrables, à la fois pour des raisons de tempo et des raisons éthiques. On voit ici différentes choses en cours, dues également au format de l’émission: il y a une interaction de groupe, au cours de laquelle l’animateur qui « reçoit » dans son émission, se moque de celui qui est en train de chanter. Cela est certes compris comme étant son rôle et faisant partie du personnage ; néanmoins, la teneur réelle des propos commentant l’aspect physique de la personne qui chante, lorsqu’elle chante, sont réellement agressifs et surtout, sont de nature à l’inquiéter. La nature même de la situation veut que lorsque l’on passe à la télévision on s’expose à travers son image, et que l’on cherche donc à être à son avantage – ce qui est normal. Dans ce contexte, répéter à quelqu’un « c’est laid quand tu chantes, arrête de faire des grimaces, etc. » revient à chercher à lui faire perdre la face (même si cela est donné à voir comme de l’humour). Ce qui se passe alors est que l’agressé finit en effet par réagir à cette montée en tension (inquiétude intériorisée, mais provoquée par un contenu sémantique et symbolique très fort venu de l’extérieur), mais pas envers la « bonne personne ». Plusieurs raisons peuvent expliquer cela : une forme de crainte des représailles, une perte momentanée des repères parce que c’est la personne qui invite qui agresse ; ou encore d’autres raisons du jeu interactionnel qui nous sont inconnues parce qu’invisibles à l’écran, etc. Toujours est-il que c’est ici un tiers, finalement, qui « prend tout » suite à une petite remarque anodine, et relativement faible en termes de contenu agressif. En termes interactionnels, il y a une forme de redoublement du bouc émissaire: le vrai bouc émissaire serait plutôt ici celui que l’on fait passer pour l’agresseur et qui réagit à une autre agression. Le schéma qui se joue est donc bien à 3 personnes (au moins), et non entre deux, comme le présente les commentaires des médias.

On retrouve ici une forme de schéma interactionnel récurrent en termes de violence verbale que j’appellerais  : « l’agression au tiers émissaire ».  On le retrouve par exemple chez l’automobiliste qui injurie les personnes présentes dans la voiture, suite à une incivilité ou agression d’un autre automobiliste. Ou encore chez celle ou celui qui ressortant énervé(e) d’une interaction verbale tendue comprenant des scénarii d’agression à son égard, auxquels il a fallu céder – en renonçant à réagir sur l’instant pour diverses raisons, qui sont souvent hiérarchiques et institutionnelles dans le cadre du milieu professionnel – va réagir à contretemps et se mettre à agresser une tierce personne (par exemple, femme, mari, enfants, une fois rentré(e) chez elle/lui.

La Loi de la jungle selon Jean-Marie Pelt

J’ai repris ce livre que j’ai depuis quelques années sous la main, pour l’interroger avec mes préoccupations propres. Voici le résultat de ma flânerie du jour.

« La politique, c’est la guerre! Tout au moins si l’on en juge par le vocabulaire (…) le processus de l’élection (…) n’a rien de pacifique. Pour y participer, les forces politiques, à l’instar de forces armées, feignent de partir en guerre. Elles « mobilisent » leurs « troupes » – de « militants », s’entend -, si semblables à des militaires dès lors qu’ils s’engagent dans des « batailles » ou des « campagnes » électorales. A l’issue de ces batailles et de ces campagnes, l’adversaire sera vaincu. Personne ne l’en plaindra ni ne s’apitoiera sur son sort. Première cruauté du monde politique : nul jamais ne compatit au sort des victimes! (…)

Une fois élu par des mécanismes qui ne sont pas sans rappeler ceux de la sélection naturelle, chacun retrouve son camp – à la guerre, on dirait son campement… (…) pour qui regarde de l’extérieur le spectacle de la vie publique, l’agressivité s’étale à tout moment : elle en est en quelque sorte l’expression accomplie. Au fameux : voyez comme il s’aiment! » qui qualifiait les premiers chrétiens devrait plutôt se substituer ici un « Voyez comme ils ne s’aiment pas! » Et chacun d’imaginer la haine que sont censés se vouer ces concurrent acharnés qui perpétuellement s’affrontent.

Mais c’est bien mal connaître ce qui se passe en coulisse (ou à la buvette). On voit alors les adversaires de la veille se rencontrer courtoisement, parfois amicalement, même lorsque les sépare la sacro-sainte ligne de démarcation entre majorité et opposition. Des alliances se nouent, des stratégies s’élaborent. Comme dans le petit monde des chimpanzés, l’ennemi d’hier peut devenir l’allié de demain, surtout dans les pays où la ligne de clivage droite/gauche est moins marquée que chez nous. Et l’on comprend alors que l’exercice démocratique de la politique se situe à mi-chemin entre la guerre et le sport: assurément moins meurtrier que la première, mais aussi, hélas bien moins loyal que le second.

Comme dans le sport, chaque équipe a ses partisans, les fameux militants, convaincus de détenir la vérité en plénitude; c’est de leur mobilisation, de leur prosélytisme et de leur zèle que dépendent la victoire! l’enthousiasme des militants : une notion sur laquelle Konrad Lorenz a longuement médité. Dans leur ardeur, il voit physiologiquement comme un grand frisson qui leur parcourt l’échine au moment le plus chaud du combat: jadis, dans des salles enfiévrées et enfumées, aujourd’hui sous d’immenses chapiteaux. Le militant, porté par l’élan collectif, se sent élevé soudain au-dessus des vicissitudes de la vie ordinaire, prêt à tous les sacrifices pour la Cause. Ce frisson sacré apparaît à l’éthologue comme le reliquat d’une réaction végétative préhumaine: « le hérissement de la fourrure que nous avons perdue… » (sic)! C’est le frisson du patriote lorsque le drapeau est hissé et retentit l »hymne national.

Si Marx a remarquablement politisé la nature en transposant dans la société humain la sélection et la lutte pour la vie darwiniennes, Lorenz, à l’inverse, a naturalisé la politique, notant encore : « S’il est normal de risquer sa vie pour son prochain dès lors qu’il est votre meilleur ami (…), en revanche, la situation est toute différente si l’homme pour lequel vous êtes censés risquer votre vie est un contemporain anonyme. » (…) l’évolution créant des groupes sociaux de plus en plus vastes, ce sentiment de parenté s’est réinvesti dans des rites et des normes observés en commun, symboles de l’unité du groupe – un groupe désormais infiniment plus large que la famille ou le cercle des proches. Bref, « par un processus d’authentique conditionnement pavlovien », l’homme est devenu capable de se sacrifier pour des symboles, jusqu’à mettre en péril les siens pour défendre la Cause. Le voici alors conditionné, prêt à partir à la guerre. » (p. 185-187)

Extrait de Jean-Marie Pelt, avec la collaboration de Franck Steffan, La loi de la jungle. L’agressivité chez les plantes, les animaux, les humains. Fayard, 2003.

 

La Courtoisie

L’extrait suivant est une trouvaille étrange qui, pourtant, me semble avoir sa place dans la chaîne d’explications que l’on peut chercher à produire pour expliquer pourquoi l’on peut dire parfois, de certaines relations, qu’elles sont glissantes. Et, a fortiori, de certaines conversations. Inutile, donc, de converser ici. Mais il s’agit toujours d’une flèche montrant la direction de la violence verbale – avec un peu de mise en abyme…

***

(Extrait de la revue Emballage. L’art-La pratique-Le perfectionnement de la présentation de tout produit et leur transport, N°1, Janvier 1932, p.32

COURTOISIE

Qu’elle soit superficielle et seulement la manifestation d’une bonne éducation ou qu’elle soit l’expression sincère de la courtoisie qu’un individu doit à un autre individu,

LA COURTOISIE

est le lubrifiant indispensable à la friction inévitable entre humains et rend la vie plus agréable et plus facile.

La courtoisie reflète la pensée, que tous les hommes ont un droit égal de vivre heureux.

Elle est nécessaire dans la vie courante, mais plus encore en affaires où ce lubrifiant doit intervenir dans de multiples points de contact.

La courtoisie réciproque, fait qu’un homme d’affaires rendra à un autre homme d’affaires plus de services que son contrat n’aura prévu.

(NB:En 1932, les femmes d’affaires étaient assez improbables. Le lecture de ce texte eût été encore différente si cela n’avait pas été le cas…)

Questions d’honneur

Dans L’art de se faire respecter (traduction de Claude Maillard,  éditions Circé, 2004), Schopenhauer décrit l’honneur comme « le représentant de notre valeur dans les pensées d’autrui »(p.13). Pour lui, les actions, le comportement d’un individu tout irréprochables qu’ils puissent être, ne garantissent pas l’intégrité de l’honneur. Car ce que les autres disent de nous, pensent de nous, est en dehors de notre maîtrise et toute réputation peut se trouver salie en un instant par un quelconque détracteur. Cela m’évoque l’émission de Mireille Dumas de ce lundi 14 mai, où le baron Empain affirmait que ce n’était pas ses geôliers qui avaient détruit sa vie, mais les médias en le diffamant et ruinant sa réputation. Mais cela m’évoque aussi Monsieur Strauss-Kahn qui attaque Madame Diallo et lui réclame désormais un million d’euros pour les préjudices professionnels, privés, affectifs, etc. subis.

Et il me semble malgré tout que l’intégrité des actes à laquelle on peut chercher à se tenir doit permettre  du moins à quelqu’un de protéger un peu plus sûrement son honneur qu’en commettant des actes douteux ou facilement contestables. Et, dans le risque public que coure la vie privée de toute personne un peu sur le devant de la scène, jusqu’à quel point peut-on dissocier les actes réalisés de l’honneur à conserver? Ne sommes-nous pas, d’un point de vue éthique et inconditionnel, responsables de nos actes en toutes circonstances – et donc y compris dans les circonstances à venir? Cela sans doute est difficile à imaginer, à projeter, dans l’immédiateté du présent, dont le propre est de nous voir vivre et ressentir plus souvent que penser et anticiper.

Je rejoins ici la violence verbale, car finalement, il est plus aisé de protester, de s’opposer, d’insulter, de salir également l’honneur de quelqu’un que de rechercher une forme de communication apaisée, détendue, hors tension, au mieux non violente. Car cela demande beaucoup plus de temps et beaucoup plus d’efforts. Le sentiment de victoire comme de défaite sont donc beaucoup plus immédiatement satisfaits par la violence verbale. Cependant, sur le long terme, la seule manière de construire une relation, de tisser des liens est de refuser la violence verbale. La relation que l’on a avec les autres est centrale : « L’opinion d’autrui n’a donc de valeur que pour autant qu’elle détermine ou peut déterminer à l’occasion sa façon d’agir envers moi, et n’a donc qu’une valeur relative » (p.14).  La violence verbale, quelle qu’en soit la forme, pousse l’autre à une fermeture relationnelle. Parfois, cela peut prendre la forme d’une entrée en résistance, y compris par le silence. Un dicton prévient ainsi qu' »il faut se méfier de l’eau qui dort ». L’image du volcan fonctionne bien aussi. On ne sait en effet jamais ce qui peut en surgir, ni surtout quand cela peut surgir ni d’.

 

Pourquoi le principe même de campagne électorale est nocif au sens du politique

Les actes de langage tels que définis par Austin dans ses huit conférences, publiées par ses étudiants en 1962 sous le titre How to do things with words, sont en période de campagne électorale de divers ordres : ils relèvent à la fois du constat (ce qui s’est passé, ce que j’ai fait, ce qui a été accompli) et, dans ce sens, de la réalisation – ou non – de promesses antérieures dont on dira qu’elles ont été ou non tenues ; de nouvelles promesses à tenir (je ferai, nous ferons), soumises à la condition même de l’élection, qui donne elle-même pouvoir de (faire, décider).

L’acte de promettre relève donc d’abord d’une étape fondamentale qui vise à gagner la confiance pour accéder au pouvoir de faire. On prétend donc que les mots ne sont pas encore des actes, mais soumis à une condition de réalisation fondamentale qui est l’élection, et donc la confiance accordée, pour pouvoir le devenir. La parole politique et, en particulier, la parole électorale est donc bien performative, dans le sens défini par Austin mais elle l’est en deux temps.

Cette visée (le pouvoir de faire) mobilise tellement les candidats pendant leur campagne, qu’ils semblent oublier le fait que les paroles sont, précisément, des actes en tant que tels qui, dès qu’elles sont prononcées – et entendues – ont pouvoir de changer le monde sous différents aspects en fonction de la réception qui en est faite, de qui les entend et d’où on les entend, etc. Aussi, d’une certaine façon, l’événement même « campagne électorale » est-il un biais par lequel la valeur des paroles énoncées est à la fois amplifiée et oubliée, puisque l’objet de ces paroles n’est pas leur réalisation en tant que telle, mais la réalisation de l’acte « accéder au pouvoir ».

On a pu, on peut et l’on pourra encore se rendre compte de ce biais à travers les nombreuses reprises à cette occasion électorale régulièrement répétée, des promesses non tenues.

La question alors posée est celle de la confiance. Car lorsque je vote pour un candidat, je lui fais confiance, et j’ai confiance dans le fait qu’elle ou il sera capable de faire ce qu’il a dit qu’il allait faire. Mon vote est donc un vote de confiance dans les capacités qu’a ce ou cette-candidate-là, à tenir ses promesses. Malheureusement (dans le sens qu’Austin donne à l’échec d’un acte de langage) peu sont, parmi celles et ceux qui accèdent au pouvoir, les élus soucieux de réaliser toutes leurs promesses. Peut-être y a-t-il des raisons pour cela, puisque ce qui compte dans la campagne, c’est de faire des promesses, et non de les réaliser. Mais pourquoi ne pas imaginer un cahier des charges public, clairement affiché en ligne pendant la campagne, et qui demeure après l’élection, sous forme de liste, un peu comme l’on rédige sa liste de courses, où l’on retrouverait chacune des promesses faite, avec en face le terme ou l’expression « réalisée », « en discussion », « projet de loi en cours de rédaction », « non réalisable parce que… », etc. Bref, un affichage sous forme simplifiée, accessible à tous et chacune, compréhensible, lisible…

Je réfléchis en effet depuis longtemps à ce qui est devenue peu à peu l’une de mes hypothèses principales de travail et de recherche. Il me semble en effet que la question de la crise de confiance à l’égard du politique qui existe, aujourd’hui, en France est à relier à une crise de la performativité de la parole et du discours – en tant que discours politique de promesses, électoral. Il est intéressant qu’à l’occasion de la campagne présidentielle de 2012 soit apparue une émission de télévision dont le titre est Des paroles et des actes : que l’on peut comprendre à la fois sur le plan des paroles prononcées et promises, qui devraient devenir des actes ; mais aussi au sens de : ces paroles prononcées sont des actes, d’engagement. Autrement dit, il y a toujours eu une attente des citoyens (que remplissait, il me semble, très bien De Gaule, ce qui explique peut-être en partie le respect qu’il inspire) à l’égard des politiques afin qu’ils disent ce qu’ils font et fassent ce qu’ils disent. Car sans doute la première chose que les citoyens demandent à leurs femmes et hommes politiques est de ne pas leur mentir, et de s’engager à ne pas le faire.

Dans Le sens des autres, Marc Augé cite Jean Froissart, qui, racontant en 1390 son voyage en Béarn, (la guerre de cent ans a commencé en 1337) explique qu’on préfère ne pas tuer l’adversaire défait, par soucis d’économie : c’est l’espoir de la rançon qui fait épargner la vie. La guerre courtoise repose en effet sur le crédit. Aussi, « La seule déviance intolérable, du même coup, c’est le manquement à la parole donnée. Le roi Jean, dont la rançon avait coûté si cher à la France, revint mourir en Angleterre par respect de la parole qu’avait trahie son fils livré en otage. Le comte d’Artois ne peut pardonner à son beau frère le roi de Navarre de ne pas avoir payé les 50000 francs pour lesquels il s’était porté garant du seigneur d’Albret. Ce qui est contraire aux règles de courtoisie, ce ne sont pas le chantage, la prise d’otage, les rançons et la violence, mais le manquement à la parole donnée, dont le seul respect rend la guerre possible et rentable. » (p. 97)

Ainsi explique Augé, dans ce contexte, il y a 3 types de « déviants » : 1/ ceux qui manquent à leur parole (le fils du roi Jean, le roi de Navarre), 2/ ceux des nobles qui ne remplissent pas leur rôle de protecteurs à l’égard de leurs dépendants ; 3/ les paysans eux-mêmes lorsqu’ils se révoltent (p.97).

Si l’on remplace les nobles de l’époque par les femmes et hommes politiques, et les paysans par les citoyens, on retrouve à peu près le même schéma aujourd’hui…

En cela, la parole dans laquelle on sait que l’on peut avoir confiance est un fondement social depuis longtemps. On le retrouve aussi dans le système chevaleresque des premiers romans ; ou encore dans l’histoire de Jeanne d’Arc…