Questions d’honneur

Dans L’art de se faire respecter (traduction de Claude Maillard,  éditions Circé, 2004), Schopenhauer décrit l’honneur comme « le représentant de notre valeur dans les pensées d’autrui »(p.13). Pour lui, les actions, le comportement d’un individu tout irréprochables qu’ils puissent être, ne garantissent pas l’intégrité de l’honneur. Car ce que les autres disent de nous, pensent de nous, est en dehors de notre maîtrise et toute réputation peut se trouver salie en un instant par un quelconque détracteur. Cela m’évoque l’émission de Mireille Dumas de ce lundi 14 mai, où le baron Empain affirmait que ce n’était pas ses geôliers qui avaient détruit sa vie, mais les médias en le diffamant et ruinant sa réputation. Mais cela m’évoque aussi Monsieur Strauss-Kahn qui attaque Madame Diallo et lui réclame désormais un million d’euros pour les préjudices professionnels, privés, affectifs, etc. subis.

Et il me semble malgré tout que l’intégrité des actes à laquelle on peut chercher à se tenir doit permettre  du moins à quelqu’un de protéger un peu plus sûrement son honneur qu’en commettant des actes douteux ou facilement contestables. Et, dans le risque public que coure la vie privée de toute personne un peu sur le devant de la scène, jusqu’à quel point peut-on dissocier les actes réalisés de l’honneur à conserver? Ne sommes-nous pas, d’un point de vue éthique et inconditionnel, responsables de nos actes en toutes circonstances – et donc y compris dans les circonstances à venir? Cela sans doute est difficile à imaginer, à projeter, dans l’immédiateté du présent, dont le propre est de nous voir vivre et ressentir plus souvent que penser et anticiper.

Je rejoins ici la violence verbale, car finalement, il est plus aisé de protester, de s’opposer, d’insulter, de salir également l’honneur de quelqu’un que de rechercher une forme de communication apaisée, détendue, hors tension, au mieux non violente. Car cela demande beaucoup plus de temps et beaucoup plus d’efforts. Le sentiment de victoire comme de défaite sont donc beaucoup plus immédiatement satisfaits par la violence verbale. Cependant, sur le long terme, la seule manière de construire une relation, de tisser des liens est de refuser la violence verbale. La relation que l’on a avec les autres est centrale : « L’opinion d’autrui n’a donc de valeur que pour autant qu’elle détermine ou peut déterminer à l’occasion sa façon d’agir envers moi, et n’a donc qu’une valeur relative » (p.14).  La violence verbale, quelle qu’en soit la forme, pousse l’autre à une fermeture relationnelle. Parfois, cela peut prendre la forme d’une entrée en résistance, y compris par le silence. Un dicton prévient ainsi qu' »il faut se méfier de l’eau qui dort ». L’image du volcan fonctionne bien aussi. On ne sait en effet jamais ce qui peut en surgir, ni surtout quand cela peut surgir ni d’.