Pourquoi le principe même de campagne électorale est nocif au sens du politique

Les actes de langage tels que définis par Austin dans ses huit conférences, publiées par ses étudiants en 1962 sous le titre How to do things with words, sont en période de campagne électorale de divers ordres : ils relèvent à la fois du constat (ce qui s’est passé, ce que j’ai fait, ce qui a été accompli) et, dans ce sens, de la réalisation – ou non – de promesses antérieures dont on dira qu’elles ont été ou non tenues ; de nouvelles promesses à tenir (je ferai, nous ferons), soumises à la condition même de l’élection, qui donne elle-même pouvoir de (faire, décider).

L’acte de promettre relève donc d’abord d’une étape fondamentale qui vise à gagner la confiance pour accéder au pouvoir de faire. On prétend donc que les mots ne sont pas encore des actes, mais soumis à une condition de réalisation fondamentale qui est l’élection, et donc la confiance accordée, pour pouvoir le devenir. La parole politique et, en particulier, la parole électorale est donc bien performative, dans le sens défini par Austin mais elle l’est en deux temps.

Cette visée (le pouvoir de faire) mobilise tellement les candidats pendant leur campagne, qu’ils semblent oublier le fait que les paroles sont, précisément, des actes en tant que tels qui, dès qu’elles sont prononcées – et entendues – ont pouvoir de changer le monde sous différents aspects en fonction de la réception qui en est faite, de qui les entend et d’où on les entend, etc. Aussi, d’une certaine façon, l’événement même « campagne électorale » est-il un biais par lequel la valeur des paroles énoncées est à la fois amplifiée et oubliée, puisque l’objet de ces paroles n’est pas leur réalisation en tant que telle, mais la réalisation de l’acte « accéder au pouvoir ».

On a pu, on peut et l’on pourra encore se rendre compte de ce biais à travers les nombreuses reprises à cette occasion électorale régulièrement répétée, des promesses non tenues.

La question alors posée est celle de la confiance. Car lorsque je vote pour un candidat, je lui fais confiance, et j’ai confiance dans le fait qu’elle ou il sera capable de faire ce qu’il a dit qu’il allait faire. Mon vote est donc un vote de confiance dans les capacités qu’a ce ou cette-candidate-là, à tenir ses promesses. Malheureusement (dans le sens qu’Austin donne à l’échec d’un acte de langage) peu sont, parmi celles et ceux qui accèdent au pouvoir, les élus soucieux de réaliser toutes leurs promesses. Peut-être y a-t-il des raisons pour cela, puisque ce qui compte dans la campagne, c’est de faire des promesses, et non de les réaliser. Mais pourquoi ne pas imaginer un cahier des charges public, clairement affiché en ligne pendant la campagne, et qui demeure après l’élection, sous forme de liste, un peu comme l’on rédige sa liste de courses, où l’on retrouverait chacune des promesses faite, avec en face le terme ou l’expression « réalisée », « en discussion », « projet de loi en cours de rédaction », « non réalisable parce que… », etc. Bref, un affichage sous forme simplifiée, accessible à tous et chacune, compréhensible, lisible…

Je réfléchis en effet depuis longtemps à ce qui est devenue peu à peu l’une de mes hypothèses principales de travail et de recherche. Il me semble en effet que la question de la crise de confiance à l’égard du politique qui existe, aujourd’hui, en France est à relier à une crise de la performativité de la parole et du discours – en tant que discours politique de promesses, électoral. Il est intéressant qu’à l’occasion de la campagne présidentielle de 2012 soit apparue une émission de télévision dont le titre est Des paroles et des actes : que l’on peut comprendre à la fois sur le plan des paroles prononcées et promises, qui devraient devenir des actes ; mais aussi au sens de : ces paroles prononcées sont des actes, d’engagement. Autrement dit, il y a toujours eu une attente des citoyens (que remplissait, il me semble, très bien De Gaule, ce qui explique peut-être en partie le respect qu’il inspire) à l’égard des politiques afin qu’ils disent ce qu’ils font et fassent ce qu’ils disent. Car sans doute la première chose que les citoyens demandent à leurs femmes et hommes politiques est de ne pas leur mentir, et de s’engager à ne pas le faire.

Dans Le sens des autres, Marc Augé cite Jean Froissart, qui, racontant en 1390 son voyage en Béarn, (la guerre de cent ans a commencé en 1337) explique qu’on préfère ne pas tuer l’adversaire défait, par soucis d’économie : c’est l’espoir de la rançon qui fait épargner la vie. La guerre courtoise repose en effet sur le crédit. Aussi, « La seule déviance intolérable, du même coup, c’est le manquement à la parole donnée. Le roi Jean, dont la rançon avait coûté si cher à la France, revint mourir en Angleterre par respect de la parole qu’avait trahie son fils livré en otage. Le comte d’Artois ne peut pardonner à son beau frère le roi de Navarre de ne pas avoir payé les 50000 francs pour lesquels il s’était porté garant du seigneur d’Albret. Ce qui est contraire aux règles de courtoisie, ce ne sont pas le chantage, la prise d’otage, les rançons et la violence, mais le manquement à la parole donnée, dont le seul respect rend la guerre possible et rentable. » (p. 97)

Ainsi explique Augé, dans ce contexte, il y a 3 types de « déviants » : 1/ ceux qui manquent à leur parole (le fils du roi Jean, le roi de Navarre), 2/ ceux des nobles qui ne remplissent pas leur rôle de protecteurs à l’égard de leurs dépendants ; 3/ les paysans eux-mêmes lorsqu’ils se révoltent (p.97).

Si l’on remplace les nobles de l’époque par les femmes et hommes politiques, et les paysans par les citoyens, on retrouve à peu près le même schéma aujourd’hui…

En cela, la parole dans laquelle on sait que l’on peut avoir confiance est un fondement social depuis longtemps. On le retrouve aussi dans le système chevaleresque des premiers romans ; ou encore dans l’histoire de Jeanne d’Arc…