Autour et à propos du sexisme et du genre : documentaire « Je ne suis pas raciste, mais… »

Le site de l’émission propose de revisionner cette diffusion à l’adresse suivante :
http://www.rts.ch/emissions/specimen/5162865-je-ne-suis-pas-raciste-mais.html
Il contient par ailleurs des références bibliographiques.

Cette émission montre et explique la manière dont les stéréotypes – y compris, donc, ceux de genre – se mettent en effet en place dès le plus jeune âge.

Références et expériences scientifiques à l’appui, l’émission explique de manière tout à fait didactique comment et pourquoi nous catégorisons depuis le plus jeune âge – y compris en ce qui concerne la construction des stéréotypes de genre – et comment ces stéréotypes sont retransmis (séquence expérience de l’histoire répétée à quelqu’un d’autre, mettant en scène soit un homme soit une femme ayant raté son examen). Apprendre à distinguer, à discriminer un élément d’un autre, à catégoriser les éléments les uns par rapport aux autres, cela commence par les informations reçues de notre expérience sensorielle. Une expérience montre ainsi comment deux enfants en bas âge qui aiment les gâteaux au chocolat plus que les haricots verts, associent systématiquement des éléments positifs aux personnages d’une histoire – des marionnettes canards, puis chats – en fonction du goût plus marqué que les marionnettes canards manifestent pour l’un ou l’autre aliment ; à quoi est liée l’empathie (entre autres à la ressemblance et à l’identification), la peur de l’autre, et comment les stéréotypes sont construits et discursivement mis en scène, en défiant parfois la réalité objective d’une photographie, d’un énoncé. Tous les types de discriminations discrimantes y sont abordés, ainsi que la manière dont il se mettent en place, qu’il s’agisse de ceux liés à la taille, à la couleur de peau, au genre, à la couleur des cheveux, etc. Certaines de ces séquences montrent la mise en place de l’argument d’autorité (discours de l’enseignante) dans le cadre d’une expérience en direct menée dans une classe au Québec où les « grands » se trouvent soudain, et pour une journée expérimentale, discriminés à l’égard – et immédiatement après, par – les « petits » de taille (la limite fixée étant à 1m34).

Un extrait ci-dessous:

Emission Specimen 09/10/2013
« Qu’on l’admette ou non, on a tous beaucoup de préjugés. Que ce soit sur les blondes, les mendiants roms, les frontaliers ou les Suisses allemands. Mais d’où vient ce besoin de coller des étiquettes aux autres et parfois même de les discriminer ? SPECIMEN explore la fabrication des stéréotypes et l’engrenage de la discrimination.
Suivant la démarche qui a fait son succès, le magazine Specimen a fait appel à des témoignages, des expériences filmées sur le vif et des éclairages scientifiques pour essayer de comprendre d’où viennent et à quoi servent les préjugés.
L’apprentissage des stéréotypes débute très tôt : on verra comment, à moins d’un an, des bébés sont déjà capables de catégoriser des animaux en peluche, en marquant leur préférence pour celui qui partage leurs goûts (en l’occurrence le chocolat) et en manifestant de l’hostilité pour celui qui est différent (parce qu’il aime les haricots verts).
Comme le démontre une autre expérience scientifique reproduite par l’équipe de Specimen, les enfants développent en grandissant une très forte identité de groupe. Lorsqu’on leur présente des dessins de personnages à la peau noire et blanche, ils valorisent systématiquement ceux de leur propre race. Un chercheur italien a lui aussi établi scientifiquement que des « spécimens » européens n’éprouvent pas d’empathie spontanée en voyant souffrir des Africains. Et vice versa.
S’il est habilement stimulé, ce réflexe « tribal » peut conduire à des attitudes clairement discriminatoires. Une expérience menée dans une classe le démontre : il suffit de monter en épingle une petite différence pour créer artificiellement deux groupes d’élèves qui, très rapidement, se mettent à se discriminer l’un l’autre.
Ce processus d’exclusion, beaucoup de personnes issues de minorités le subissent. De nombreuses études montrent que les Noirs américains sont systématiquement stigmatisés : en cas de délit, ils sont immédiatement suspectés et il a été prouvé, par des mesures électroniques très précises, que les policiers leur tirent dessus beaucoup plus rapidement que sur des délinquants blancs.
Les préjugés font des victimes de toutes sortes: un footballeur homosexuel d’origine marocaine raconte dans Specimen comment il a été successivement rejeté par ses camarades de classe français puis par ses copains musulmans et finalement par tous les sportifs homophobes. Dans un autre registre, une présentatrice de télévision à la chevelure flamboyante révèle ce que ça impliquait d’être une petite fille rousse dans une classe de Suisse romande.
Générique
Production : Bettina Hofmann et Eric Burnand Présentation : Luigi Mara »

http://www.rts.ch/emissions/specimen/5162865-je-ne-suis-pas-raciste-mais.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *